Alors que le chômage augmente à nouveau ce mois-ci, que proposent les candidats pour inciter les entreprises à embaucher ?

Avant même la hausse du chômage en avril, les suppressions de postes à Whirlpool étaient à la une
Avant même la hausse du chômage en avril, les suppressions de postes à Whirlpool étaient à la une © Maxppp / Nicolas Kovarik

43 700 demandeurs d'emplois de plus en mars par rapport à février. Ce sont les avant-derniers chiffres du chômage du quinquennat, et ils ne sont pas bons. Cette courbe aura décidément eu bien du mal à baisser sous François Hollande et restera comme un fardeaux.

Comment inciter les entreprises à embaucher ?

Emmanuel Macron veut mettre de l'huile dans la machine économique : plus de liberté pour les entrepreneurs, sans toucher aux 35 heures, le candidat d'en marche veut laisser syndicat et patronat négocier au près des entreprises. il propose d'alléger le coût du travail : remplacer le CICE par la suppression des cotisations sociales employeurs jusqu'à 10 points pour un salaire au Smic. De quoi créer 30 000 emplois sur le quinquennat selon l'institut Montaigne. Pour doper l'investissement, il propose d'abaisser l'impôt sur les sociétés, avec une taxe unique de 30% sur tous les revenus du capital (dividende et plus-values). En Suède, cet allègement aurait dopé l'innovation.

Enfin l'impôt de solidarité sur la fortune serait supprimé pour moitié en distinguant les bons investissements en actions des mauvais investissements dans l'immobilier.

Et Marine Le Pen que veut-elle mettre en place ?

Marine le Pen cible les PME, principal moteur des créations d'emploi ! Accès au crédit facilité (avec l'obligation faite aux banques de leur prêter à taux réduit), fiscalité allégée: l'impôt sur les sociétés serait abaisser à 24%. Allègement de cotisations sociales et de crédits d'impôt pour relancer la production en France, la mesure la plus emblématique c'est une taxe de 3% sur les importations. Mesure qui provoquera un renchérissement pour un quart des produits consommés (l'essence, le textile ou l'électronique), marine Le Pen veut aussi réserver la commande publique aux entreprises françaises.

Si l'écart de prix est raisonnable. Avec sans doute à la clé des mesures de rétorsion à l'étranger. Une préférence nationale incompatible avec les traités européens, impossible à appliquer donc sans sortir de l'Union européenne.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.