À l’épreuve des faits s’arrête en Guyane. Sur ce territoire frontalier du Brésil et du Surinam vivent 250 000 habitants. Le taux de chômage y est de 23%.

Manifestations en Guyane lundi 27 mars 2017.
Manifestations en Guyane lundi 27 mars 2017. © AFP / JODY AMIET / AFP

Les départements et les régions d'Outre-mer coûtent-ils chers aux finances publiques ? À l’épreuve des faits s’arrête en Guyane. Ce territoire frontalier du Brésil et du Surinam est recouvert à 98% de forêt tropicale humide. 250 000 habitants, 23% de chômage.

La vie est chère en Guyane

Oui : 12% c'est l'écart de prix moyen par rapport à la métropole. Jusqu’à 45% pour les produits de grande consommation : la Guyane importe quasiment tout, y compris sa nourriture. La plupart des aliments viennent de métropole. Concernant les communications (internet ou la téléphonie mobile) l'écart de prix atteint 60%. Les offres à bas coût type Free ont du mal à parvenir dans les Dom-Rom. Se soigner ou se loger coûte aussi plus cher. 13% en moyenne.

Ça coûte cher à la métropole ?

Oui pour compenser l'écart de niveau de vie, les fonctionnaires sont payés 40% de plus en Guyane. Un surcoût de 100 millions d’euros pour les finances publiques, alors que taux de chômage est deux fois plus élevé que la moyenne. L'État ne lésine pas sur les moyens : l'enveloppe pour la Guyane est de 2 milliards d'euros cette année.

C’est sans compter le coût des niches fiscales : les impôts sont allégés lorsqu'on investit Outre-mer. Il existe aussi des allègements de cotisations pour les entreprises. En moyenne, l'État dépense 6400 euros par habitant en Guyane, un millier d'euros de plus qu'en métropole.

Quelles sont les propositions des candidats à l'Elysée pour l'Outre-mer, et la Guyane en particulier...

Pour François Fillon, il faut plus de sécurité et de places de prison. Il propose d'augmenter encore les moyens pour l'Outre-mer. De son côté, le candidat socialiste, Benoit Hamon veut des classes de 20 élèves maximum et un fond pour l'égalité réelle. Pour Jean-Luc Mélenchon il s'agit de développer les énergies renouvelables, investir dans les services publics et supprimer les niches fiscales. Sans surprise pour Marine Le Pen, c'est la lutte contre l'immigration clandestine. Enfin du côté d'Emmanuel Macron on énumère quelques mesures parmi lesquelles des billets d'avion à prix aidé, ou le maintien des sur rémunérations pour les fonctionnaires. Selon lui, un moyen de lutter contre la vie chère, ce qui fait largement débat.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.