Fermer ou pas fermer les centrales ? Et pour quel coût ? Thème de campagne, l'énergie renouvelable n'est pas encore totalement à notre portée, mais cela peut changer.

Aujourd'hui, 17% de notre électricité seulement provient de sources d'énergie renouvelables.
Aujourd'hui, 17% de notre électricité seulement provient de sources d'énergie renouvelables. © AFP / PHILIPPE HUGUEN

Dans un pays où le nucléaire fournit 75 % de l'électricité, une énergie totalement renouvelable paraissait encore farfelue il y a quelques années. Mais désormais, même l'Ademe, l'agence publique de maîtrise de l'énergie, a élaboré son scénario 100 % renouvelables.

Les experts energéticiens de l'association indépendante Negawatt juge la transition possible, sans planter une éolienne tous les 100 mètres sur nos côtes, ni retourner à l'éclairage à la chandelle. Mais à condition quand même de maîtriser la consommation d'électricité.

Un pré-requis que l'on retrouve dans la loi de transition énergétique promulguée en août 2015 : réduire notre consommation et diminuer le nucléaire à 50 % dans la part d'électricité en 2025.

La France, pays le plus nucléarisé au monde

Ce scénario, c'est sans compter sur les rétiences de l'industrie nucléaire, qui n'a pas l'intention de quitter la partie. Depuis la cop 21, elle défend l'argument qu'il est impossible de se passer du nucléaire car il s'agit d'une énergie à basse émission de carbone. C'est donc "bon pour le climat".

Un argument "écolo" qui fait bondir les anti-nucléaires : c'est passser un peu vite sur les déchets et les risques.

La société française d'énergie nucléaire maintient tout de même sa position et, pour montrer sa prise de conscience de la nécessité des énergies durables, elle parle désormais de cohabitation avec ces énergies renouvelables.

Est-il possible de réduire la part du nucléaire ?

L'enjeu de cette élection, c'est que le prochain chef d'État devra décider entre prolonger le nucléaire ou réduire sa part. Ce qui, de toute manière, va coûter des centaines de milliards d'euros. Problème : comment financer tout cela alors même qu'EDF est dans le rouge ?

► LES PROGRAMMES DES CANDIDATS | La question du nucléaire divise les candidats à la présidentielle

► ALLER PLUS LOIN | Suivez l'élection présidentielle avec France Inter

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.