Le fait retentissant de la semaine, c'est bien sûr la journée « J'aime ma boîte », célébrée hier, 18 octobre, dans une liesse générale indescriptible.

Oh oui, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
J'aime ma boîte, j'aime qu'on m'exploite
Oh oui, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
L'entreprise quand elle me sodomise
 

J'aime mon patron
Son chiffre d'affaires
J'aime quand le pognon
Va aux actionnaires
J'aime quand ça licencie
Bien que bénéficiaire   
J'aime plus ma boîte boîte boîte, ooh !   
Qu'un gars d'chez Tupperware       
 

J'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
J'aime ma boîte, j'aime qu'on m'exploite
Oh oui, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
J'aime l'usine avec de la vaseline
 

J'aime l'open space
Les réunions
J'aime serrer les fesses       
Devant les chefaillons       
J'aime le team building   
Les process up to date   
Tout est asap-sap-sap, ooh !   
Soyons tous corporate !
 

J'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
J'aime ma boîte, j'aime qu'on m'exploite
Oh oui, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
La multinationale, j'aime quand ça fait mal
 

Vos capitaux
Mes CDD
J'aime les plan sociaux
Pour dire qu'on est virés
Le chantage à l'emploi
Les efforts, tu comprends
Pour sauver la boîboîte, ooh !
Et son chef incompétent
 

J'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
J'aime ma boîte, j'aime qu'on m'exploite
Oh oui, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime
La startupe avec ses heures supp'
 

Il y a une autre boîte
Faite de 4 planches
Où je file tout droit
En bossant le dimanche
La nuit, les jours fériés
P'têt' jamais retraité
Pour un boulot d'merde, merde, merde, ooh !
Combien devraient chanter :
 

J'aime, j'aime, j'aime, j'aime, j'aime... l'esclavage ?
 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
(ré)écouter La chanson de Frédéric Fromet Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.