Comment savoir si une voiture est belle ? Il faut commencer par la regarder dans les yeux, c’est-à-dire dans les phares pardi !

La beauté des voitures, ça passe par les yeux, pardon, les phares
La beauté des voitures, ça passe par les yeux, pardon, les phares © Getty / BirgerNiss

Tout d’abord, pour savoir si une voiture est belle, il faut commencer par la regarder dans les yeux, c’est-à-dire dans les phares. Or on remarque dans les rues une évolution depuis l’apparition des LED, ces ampoules froides qui consomment peu d’énergie. Des petites lumières très puissantes qui peuvent s’assembler en formes variées. Cela permet donc à chaque marque de se distinguer dans le flux de la circulation. Ce que les désigner appellent « une signature lumineuse ».

Chez Renault on a vu l’apparition sur la nouvelle Mégane de deux lettres « C » lumineuses qui enserrent la calandre, chez Citroën c’est une fine barre de LED de chaque côté sur la nouvelle C3, et chez Peugeot ce sont des sortes de sourcils qui accentuent le regard des 308.

Mais est-ce vraiment utile ?

Oui cela permet l’allumage des feu en plein jour tout en se différenciant des motos car les LED permettent à peu de frais d’avoir des lumières allumées en permanence et de surcroit ça fait une pub gratuite à la marque, en sublimant le regard d’une voiture comme un beau fard à paupières.

Pourtant la beauté d’une voiture se jauge à ses lignes et sa carrosserie. Alors que proposent designers dans le futur ?

Les concept-cars les plus récents qui préfigurent les voitures de demain sont assez classiques. On remarque d’abord que, dans le futur, la beauté en matière d’automobile passe par un grand capot. Plus il est grand plus il en impose. Comme la voiture du loup dans les Tex Avery. Car même si tous les concepts sont maintenant électriques l’imaginaire conserve en mémoire que plus le capot est long plus le moteur à l’intérieur sera gros, donc cher et puissant. C’est le cas sur le concept Mercedes-Maybach 6 tout rouge qu’on a vu au Mondial de l’auto ou encore sur la Rolls Royce Vision Next 100 qui imagine ce que sera une voiture de luxe dans 100 ans. Sauf que tradition oblige, elle mesure 6 mètres dont la moitié réservée au capot interminable.

Et la beauté intérieure alors ?

Justement j’y viens. Si les carrosseries du futur redeviennent un brin baroques, la principale question que se posent les constructeurs pour l’avenir c’est : qu’est-ce que l’on va bien pouvoir faire à l’intérieur d’une voiture lorsqu’on n’aura plus besoin de conduire - parce qu’elle sera autonome. Certains installent des bibliothèques, on l’a vu, comme BMW. D’autres comme Mercedes aménagent l’espace intérieur comme un petit salon, alors que Rolls Royce pense que le vrai luxe consiste à voyager comme dans un fauteuil première Classe d’A380. Il n’y a plus aucun bouton, ni volant simplement un grand écran pour se distraire et une commande vocale baptisée Eleanore. Ça rappelle les temps anciens quand il y avait une clochette pour appeler le maitre d’Hôtel…

Chronique d'Alexandre Lazerges, en partenariat avec GQ

L'équipe
  • Alexandre LazergesJournaliste chef de rubriques Lifestyle au Magazine GQ La revue GQ dans tous les bons kiosques
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.