La première fois que j’ai entendu Lou Doillon, j’ai dit : "enfin, une française qui sait chanter le folk !" Parce qu’à part notre moustachu d’Astafort qui s’est glissé, il y a longtemps dans les charentaises de James Taylor, il y avait personne chez les filles pour représenter dignement ce courant.

Une vraie écriture, texte et compo, avec une voix grave, "mezzo" on dit, comme je les adore, de celles qui me font transpirer de la moustache, surement que ça vient de quand j’étais dans le ventre de ma mère : La voix de ma reum filtrée par le liquide amniotique me semblait grave.. Quelle ne fut ma déception quand une fois sorti,  ses surraigues me hurlaient dessus que de sortir comme ça avec les cheveux mouillés en plein hiver j’allais mourir de pneumonie et que je compte pas sur elle pour me soigner. 

Mais quittons l’utérus de ma mère pour revenir à votre voix, Lou, si je puis me permettre,  quoique tout ça est terriblement organique au fond. La voix sort du corps,  mais tout le corps est dans la voix. 

On ne peut pas tricher avec la voix, elle nous trahit quand on ment, quand on est ému, quand on est pris par un excès d’enthousiasme aussi, rappelez-vous le dérapage vocal de Manu, pas étonnant que la première chose que fait un homme politique désormais c’est de se prendre un coach vocal, pour tenter de la canaliser cette satanée voix, afin qu’elle ne trahisse pas ses émotions, à ce propos, le chakras des cordes vocales s’appelle la porte des dieux chez les hindous, il est situé juste au dessus du plexus solaire, le centre de nos émotions, autant dire qu’au moindre serrement de coeur, bim, c’est les cordes vocales qui trinquent, et voilà pourquoi nos hommes politiques, prennent tous des cours… de chant, afin de mieux nous charmer, j’ai les noms dans un carnet noir que je porte toujours sur moi, s’il m’arrive un truc, vous mettez ce carnet en lieu sur, il pourrait vous rapporter beaucoup d’argent un jour, par contre, jetez mon téléphone dans un sanibroyeur, je vous en supplie.

Mais revenons à la voix de Lou, une vraie voix avec ses brisures irlando-bluesy en fin de vibrato, les brisures irlandaises ce sont ces mélismes imperceptibles, sorte d’étranglement entre le rire et le sanglot que manient les chanteuses celtes et que l’on retrouve chez les chanteuses country, ça permet de retrouver un second souffle en fin de respiration et de projeter la fin de mot pour qu’elle vous claque bien dans les oreilles, car en matière de chant, c’est comme dans le cinéma, c’est la fin qui détermine le récit, alors la technique de la projection par brisure de voix qui ricoche sur les verres et les gars bourrés, c’est bien utile dans les pubs surchauffés par l’alcool et la transpiration, pubs qu’a affronté Lou Doillon en Angleterre, seule avec sa guitare, et c’est probablement là qu’elle s’est forgée son chakra de chanteuse.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.