André Manoukia a écouté la réédition du second album de l'auteure-compositrice-interprète Hoshi. Aussi brillante qu'engagée, sans surprise, André Manoukian a adoré.

Le beat comme un cœur qui bat. Après tout il faut rappeler cette vérité fondamentale, la pulsation de la danse, 120 bpm, est calquée sur les pulsations du coeur. Et là c’est clair, elle met tout son coeur Hoshi, chanson danse, dansons chance, la voix cash comme une injonction, entre la supplique et la colère, c’est là qu’elle nous touche Hoshi. Elle se sert du beat pour casser l’enveloppe de nos cellules, et après sa voix nous envahit le noyau et se répand dans tout notre corps. Et moi j’adore me faire envahir par les voix des chanteuses, des crooneuses, des envoûteuses, des danseuses de mots, des charmeuses de vibes, des jongleuses, des batteleuses. Elle est tout ça à la fois, Hoshi, porteuse d’un message, un Arn messager à elle toute seule, l’art sans haine mais sage. Parce qu’elle encaisse Hoshi, elle encaisse notre étoile japonaise. Elle le raconte, elle parle de ses amours qui lui ont fait du mal, de son enfance, et toujours au final elle pardonne. 

Dans un magnifique film sur Janice Joplin, The Rose, l’héroïne, jouée par Bette Midler, se réveille dans son avion au dessus des nuages, en pleurant et en se demandant où elle est.. Bon, Hoshi elle a pas encore l’avion pour ses tournées mais ça viendra, en attendant, c’est dans son tour bus qu’elle a composé son 2ème album. C’est inspirant la route qui défile, c’est inspirant d’être suspendu entre deux destinations, sans jamais savoir vraiment où on est. Dans The Rose, Bette Middler dit qu’il y a toujours un prix à payer pour réussir, et souvent le prix, c’est le bonheur, et c’est exorbitant. C’est tout ça dont parle Hoshi. Parce qu’elle paye déjà, en tout cas, elle en dérange des méchants, des haters qui se déchaînent pour un baiser à une danseuse pendant les Victoires de la musique jusqu’à cette vieille chose frippée qui la traite d’effrayante, elle qui est la plus belle et la plus stylée de toutes nos chanteuses de l’ouest.  Mais toujours de chouettes parrains l’accompagnent, après Gaëtan Roussel, Benjamin Biolay dans Pleurs de fumoir 

Percer, c’est dur, mais rester, ça l’est encore plus. Le deuxième album est porteur de cette question, suis-je plus qu’une étoile filante ? d’où l’étoile flippante…. Elle a la pression pire que Karim Benzema. Alors Hoshi plonge encore plus fort dans la mêlée. Moi le featuring que je préfère, c’est celui de sa Grand-mère, sa babouchka, dans Mieux avant… On écoute Hoshi et sa géniale Babouchka qui a une voix d’ado, et moi je pense qu’on a l’âge de sa voix… 

Les invités
  • Hoshiautrice, compositrice, interprète
L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique d'André Manoukian