Le pape François a fait envoyer 15 000 glaces aux prisonniers romains. Une façon de distraire de l'essentiel ? La dépénalisation de l'avortement au Mexique.

Le Vatican, les crèmes glacées et l'avortement
Le Vatican, les crèmes glacées et l'avortement © Getty / Evandro Inetti

Au Vatican ce matin on distribue les crèmes glacées ?! Et pas qu'un peu ! 15 000 crèmes glacées. Mais je vais tout de suite vous décevoir : ce n'est pas pour nous, ni pour tous les Romains qui étouffent de chaleur en ce moment :

Ces 15 000 glaces ont été distribuées aux prisonniers de deux prisons romaines et c'est l'aumônier de Sa Sainteté, le cardinal Krajewski, qui les a personnellement livrées.

Ce n'est pas la 1ère fois que le pape s'intéresse aux prisonniers : en juin, il en avait ainsi rencontré une vingtaine venus en groupe aux musées du Vatican. D'ailleurs, visiter les prisonniers est une des actions charitables à laquelle François tient le plus.

Des "gelatti" et un évêque frivole

On voit bien que vous n'avez pas subi l'enfer de ces deux derniers mois en Italie : 48,8° relevés en plein mois d'août à Syracuse en Sicile ! Record européen battu ! Rome n'a pas échappé à cette fournaise. Donc quelques glaces, ce n'est pas du luxe.

Mais je dois reconnaître que ça ressemble plus à une opération de relations publiques qu'à de la charité. Il y a de bonnes raisons à cela : ça ne va pas fort du coté du Vatican en ce moment. Il y a d'abord cet évêque espagnol qui vient de démissionner.

Créé en 2010 à 41 ans, Mgr Novell était le plus jeune évêque d'Espagne. Un des plus conservateurs aussi : fervent partisan des thérapies de conversion pour gays, il pratiquait les exorcismes à l'ancienne, jusqu'à ce qu'il tombe amoureux d'une auteure de romans érotiques satanistes.

Grindr et le prélat volage

Cela vient couronner un été de démissions fracassantes pour des pêchés à caractère sexuels. Mgr Jeffrey Burill, président de la Conférence des évêques américains a dû démissionner fin juillet suite à une enquête du magazine catholique The Pillar.

L'enquête démontrait que lui et beaucoup d'autres prêtres utilisaient très souvent l'application de rencontre gay Grindr.

 The Pillar s'est simplement procuré les métadonnées mises en vente par l'appli - c'est légal aux Etats-Unis - et les a croisées avec le téléphone perso du prélat.

Mais, le pire qui soit arrivé au Vatican est la décision rendue publique hier au Mexique : dix juges de la Cour suprême ont jugé inconstitutionnelle une loi sur l'avortement de l'Etat de Coahuila qui imposait 3 ans de prison pour avortement illégal.

Le Mexique dépénalise l'avortement

Sauf qu'un jugement de la Cour, lorsqu'il soutenu par plus de 8 de ses juges, s'impose à tous les Etats du pays. Autrement dit, la Cour suprême mexicaine vient de dépénaliser l'avortement pour tout le Mexique.

Cette décision, dans le deuxième pays le plus catholique au monde, l'Eglise a tenté de s'y opposer de toutes ses forces. 

Peine perdue et le Mexique rejoint donc l'Argentine, Cuba, l'Uruguay et le Guyana : seuls pays en Amérique latine qui ont suivi le même chemin.

Il ne reste donc plus au Vatican qu'à avaler ces humiliations et scandales et faire passer le tout avec une petite crème glacée à l'italienne.