Un Premier ministre arrêté à Miami pour trafic de drogues, Londres qui veut reprendre la main sur la gouvernement de l'île... que se passe-t-il dans le paradis fiscal préféré des oligarques russes ?

Îles vierges britanniques
Îles vierges britanniques © Getty / Karl Weatherly

Direction les Caraïbes pour une histoire digne de James Bond !

Plus précisément dans l’archipel des Îles Vierges britanniques. Un ensemble d’îles et îlots habité par une petite trentaine de milliers d’habitants. Et si elles sont dites britanniques, c’est simplement parce qu’elles appartiennent en propre à la Grande-Bretagne.

Avec, malgré tout, une très large autonomie, consacrée en 2007 par une constitution. A la Grande-Bretagne, la défense et la police ; aux politiques locaux, le reste dont avant tout l’économie : tourisme et gestions des ports.

Or il est arrivé un cataclysme à l’échelle de cette petite nation caraïbe : son Premier ministre, Andrew Fahie, et son directeur des ports ont été arrêtés la semaine dernière alors qu’ils s’apprêtaient à quitter Miami a bord d’un jet privé.

Ils ont été carrément interpellés pour trafic de drogues et blanchiment d’argent. Les deux hommes étaient venus à Miami rencontrer des narco-trafiquants mexicains qui, en fait, étaient des policiers américains. C’est ballot !

L’affaire doit être particulièrement grave et les policiers américains sûrs de leur fait, parce qu’il est rarissime d’arrêter un dignitaire étranger en fonction. Il faut pour cela obtenir l’accord des ministres de la Justice et des Affaires étrangères. Voire plus haut !

Londres était-il au courant de ces arrestations ?

Officiellement non ! C’est une opération de police américaine sur le sol américain. Mais aussitôt le coup de main effectué à Miami, la Grande-Bretagne a fait savoir qu’il était urgent pour la métropole de reprendre la main sur le gouvernement local.

Une décision si rapide qu’on peut tout de même se demander s’il ne s’agit pas d’une sorte de pas de deux entre Washington et Londres. Il faut dire que cela fait plusieurs mois que Boris Johnson surveille de près son homologue des Caraïbes.

Andrew Fahie et les siens étaient accusés de corruption généralisée et ce, depuis au moins deux ans. Disons que cette opération de police à Miami est l’occasion rêvée pour Londres de nettoyer les écuries d’Augias. C’est le moment choisi qui pose question.

Il faut savoir que les îles Vierges britanniques ne sont pas qu’un paradis pour les narco-trafiquants

Elles sont aussi un paradis fiscal : 370 000 sociétés écrans y sont domiciliées pour un encours total de 1 500 milliards de dollars !

Leur d’opacité est si bien établie qu’elle sont devenues une des destinations favorites… des oligarques, voire de l’argent caché des services secrets russes. Or, Londres et Washington mènent une guerre sans merci contre l’argent sale venu de Moscou.

La reprise en main soudaine par Londres du paradis fiscal préféré des intérêts russes n’est donc peut-être pas étrangère à cette guerre de l’ombre sonnante et trébuchante. J’en connais à Moscou qui doivent s’étouffer de rage ou de peur, c’est selon !