Dernière diffusion
Aurore Vincenti
4 min
Fumé 28 août 2021
Diffusions précédentes
  • Aurore Vincenti
    4 min
    Exporter
  • Le gras, si décrié dans nos assiettes et dans notre langage
    4 min
    Exporter
  • Aurore Vincenti
    4 min
    Epicé 07 août 2021
    Exporter
  • Umami - Une expression décontractée des ingrédients traditionnels du dashi japonais
    5 min
    Exporter
  • Le goût salé
    3 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    3 min
    AMER 17 juil. 2021
    Exporter
  • Tas de sucre
    3 min
    Exporter
  • Acide
    4 min
    ACIDE 03 juil. 2021 Par  Aurore Vincenti
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    4 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    5 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    6 min
    Exporter
  • "C’est écrit sur son front" . Mais quoi, au juste ?
    5 min
    Exporter
  • Myosotis
    6 min
    Exporter
  • Aurore Vincenti décrypte cette semaine les expressions françaises liées aux yeux
    6 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    6 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    5 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    4 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    6 min
    Exporter
  • Illustration pour la chronique d'Aurore Vincenti
    6 min
    Exporter
On ne va pas y aller par quatre chemins, l’adjectif pétillant vient du mot pet qui, comme chacun sait, est un gaz intestinal qui sort avec bruit. Le pet a été très généreux en français puisqu’il a produit pas mal de dérivés qui vont de p...

On ne va pas y aller par quatre chemins, l’adjectif pétillant vient du mot pet qui, comme chacun sait, est un gaz intestinal qui sort avec bruit.

Le pet a été très généreux en français puisqu’il a produit pas mal de dérivés qui vont de pétard, à pétoche en passant par pétaudière et pétillant. Deux éléments à retenir dans l’évolution vers le pétillant : le gaz d’une part et le bruit, d’autre part. On a aussi le mot gazeux, on perd cet univers sonore. Gazeux, c’est le terme chimique qui va droit au but mais qui est moins évocateur, peut-être moins poétique aussi.  J’en reviens à pétillant – le gaz et le bruit – et quand on se fie à son emploi le plus concret : le mot sert à décrire des liquides qui dégagent des bulles : par exemple eau pétillante, vin pétillant… On le dit de cette façon depuis le XVe siècle. Le pétillement est forcément plus léger que le pet dans la mesure où la fin du mot -iller qui est ce qu’on appelle un « diminutif ». La sonorité du mot, elle-même, est sensorielle : à mon sens, il y a l’évocation de la sensation tactile des bulles et ce bruit léger qui vient doucement froisser l’oreille. Entendez la fin du mot qui dure un peu, se prolonge subtilement : ça pétille. C’est pour cela que le mot est particulièrement imagé et donc qu’on l’emploie au figuré pour désigner des petits éclats de bruit ou de lumière : je pense à l’image des yeux qui pétillent par exemple. C’est fou comme on passe d’une origine plutôt pouêt-pouêt pas discrète du pet à ce dérivé pétillant qui est presque prout-prout, chic, pompette et raffiné. Tout ça parce que la bulle est plus fine et le bruit plus léger.  Et c’est une première conclusion qu’on peut tirer – et qu’on s’entende bien, ça ne s’applique pas à tous les domaines de la vie – mais dans le cas de la bulle, c’est la taille qui compte. Et on va dérouler ensemble les termes qui font plop ou pssshh en français et en cuisine. Si on attaque par la bulle la plus fine, éphémère, légère on a le terme perlant – vous entendez le mot perle - qui vient qualifier un vin qui forme de petites perles dans le verre quand on l’y verse et qui n’est pourtant pas pétillant en bouche. Donc perlant, joli délicat, à ne pas confondre avec la perlouse en argot – qui est une grosse perle et un gros pet. On reste quand même toujours dans ce registre. Après le perlant, on a le pétillant dont on sent bien les fines bulles en bouche. Et j’ouvre une parenthèse sur une création verbale des sommeliers et cavistes : le pétillant naturel abrégé en pet nat qui n’est pas encore dans le dictionnaire. Donc perlant, pétillant, ensuite, on peut évoquer le mousseux qui est une grande catégorie pour caractériser le vin – donc si on se fie au mot, « qui fait de la mousse », cette mousse issue du gaz obtenu lors de la fermentation. Sauf que le mot mousseux a développé un aspect péjoratif dans le langage courant, pas forcément chez les spécialistes : quand on entend « c’est du mousseux » on pense mauvais champagne. Et là, ça n’a rien à voir avec la qualité ou la taille de la bulle. Certains mots prennent un mauvais tournant et c’est le cas de mousseux. Prenez le mot crémant, qui est devenu une appellation et qui n’a pas la même couleur péjorative : il renvoie à une mousse légère comme une crème => crémant. Alors pour remplacer mousseux on emploie souvent le mot effervescent qui là, d’un strict point de vue étymologique n’a rien à voir avec l’usage qu’on en fait. L’effervescence en latin c’est le bouillonnement d’un liquide : de la très grosse bulle sous l’effet de la chaleur. C’est pour ça que quand on parle d’une effervescence au figuré on évoque une agitation soudaine et ardente. On serait plus proche, en français de l’ébullition, du bouillon, de la bouillabaisse, de la tambouille : là on a une taille et origine de la bulle qui est différente : une source de chaleur extérieure et de la grosse bulle. Et pourtant cette chaleur, cette ardeur qu’on entend dans la ferveur de l’effervescence ; elle a disparu dans le langage c