On est passé du quartier, celui que l'on affectionne, à ce pluriel incongru : « les quartiers ». On dit « les quartiers » et on s'arrête là, ce qui sous-entend que tout le monde sait de quoi on parle. Qu'ils soient populaires, sensibles, chauds, prioritaires ou de banlieue. Il semble superflu de le préciser. Mais d'où vient une telle généralisation ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.