Hippolyte Girardot voulait écrire une chronique de fin de confinement, qui roule toute seule. Mais il n'a pas pu. Mais voilà : I can't breathe, je ne peux pas respirer, cette phrase l'a arrêté dans son élan.

Contact
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique d'Hippolyte Girardot
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.