Quand ça ne va pas, il faut écouter des chansons tristes. Et quand on ne sait pas chanter, on parle.

On avait réussi à croire que notre histoire était exceptionnelle. On avait pensé que rien n'aurait raison d'elle. On savait que la chance nous était tombé sur la tête et qu'on avait eu la chatte de tomber sur le karma le moins bête. 

Il fallait juste rester H24 extralucide. Pas se faire embarquer vite fait dans un genre "grand vide". Pas remettre les pompes d'avant, même si confortables et avec le café du matin, les courses au Monop, être impitoyables. 

On savait comment tout ça pouvait partir en couilles, comment avant minuit le carrosse se transformait en citrouille. On voulait qu'à chaque fois qu'on se regarde, on se dise : "Pas la guerre, pas la guerre." 

On a cru qu'on faisait tout nikel. Qu'on était dans le chemin du bien. Qu'on était moins cons que ceux qui étaient là avant nous. On n'allait pas faire les même discours, pas rester moyens, plutôt élever l'esprit. Fallait pas nous prendre pour des naifs du genre bisousnours. On avait appris des anciens, on avait de la ressource. 

On nous disait pour la révolution y'a plus personne. On répondait "Eh mec tranquille, cette fois, c'est la bonne". On se voyait dire :"Jamais la guerre".

......

► La suite à voir ou écouter

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.