Hippolyte Girardot revient sur une année terrible, 1978. L'actualité est lourde, le cinéma est ennuyeux. Et puis, par un froid après-midi, il pousse les portes du cinéma Saint Séverin et découvre "Passe-Montagne" de Jean-François Stévenin.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.