On dit un film sur la passion amoureuse, un film sur le désir et le renoncement, un film sur la création, un film lbgt, oui, oui mais en fait non. Vous avez fait un film anticapitaliste.

À ce propos, j’ai lu une petite chose que Céline Sciamma dit dans le dossier de presse et qui dépasse la simple magnificence annoncée du film d’époque. 

Elle dit : « Je voulais absolument que Marianne ait des poches par exemple. Pour l’attitude, mais aussi parce que les poches féminines vont être sanctionnées à la fin du siècle et disparaître. J’aime l’idée de cette silhouette, si moderne, qui est réhabilitée, comme ranimée. » 

Cette remarque place d’emblée le film dans une autre catégorie: « le film à costume féministe, donc anticapitaliste ». Eh, eh, ça devient plus intéressant d’un seul coup, non ? 

Et Céline Sciamma a raison : la poche dans le costume féminin, ne croyez pas que c’est anecdotique. Pas du tout. C’est même un putain de marqueur du capitalisme de masse, masculin et misogyne.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.