Rien de plus semblable à l’amour, ses sinueuses embrouilles et ses découvertes stupéfiantes que le tango. Rien ne fait plus penser à la difficulté de s’aimer et au plaisir insensé de le faire que cette danse qu’on appelle le tango.

Le cul, l’envie, le galant, l’abrazo, la mouille, l’érection, le salto, le stupre, la colle, le giro, le compas, par l’épaule, par le cou, par la taille mais pas la hanche, regarde ailleurs, l’entrejambes, la glissade, et le mystère, le sexe,   le tango, l’amour.

Rien de plus semblable à l’amour, ses sinueuses embrouilles et ses découvertes stupéfiantes que le tango. Rien ne fait plus penser à la difficulté de s’aimer et au plaisir insensé de le faire que cette danse qu’on appelle le tango.

Oui, on se perd dans la salsa, on fond dans la sueur du disco et on brûle dans le funk, on se gifle dans le rock et on est un biscuit dans la valse mais rien ne fait  jouir comme le tango.

Et surtout, aucune danse n’apprend davantage l’égalité homme-femme. D’ailleurs les hommes dansent entre eux. 

Tango, la seule danse haschtag-metoo.

Je pensais à ça avec émotion et donc avec…émotion ce week-end. 

Je me disais mais que, que n’enseigne t on pas le tango dans les écoles, que ne rend-t -on pas le tango obligatoire dès l’école primaire, que n’apprenons nous pas à danser avec l’autre ? 

Vous me direz quoi ? Mais danser alors que tout va mal ? Danser alors que les gens sont dans la rue, l’opposition en burn-out mode sulfateuse et johnny en walking dead ? Un peu de sérieux!

C’est vrai que notre brave ministre de l’éducation nationale a été chargé par le prince d’incarner la France du bon sens et du sérieux et dire une fois encore qu’il va restaurer l’ordre. Restaurer l’ordre ? Parce qu’un jeune lycéen a fait le con ? Dans un établissement pas si remuant que ça comme le rappelait un professeur du même établissement. Bravo à l’enseignante qui a conservé son calme, qui a établi un rapport d'égal à égal avec cette élève, désamorçant la provocation, retournant la situation. Le ministre casse le thermomètre ( géniale interdiction des portables) mais préfère ignorer la fièvre pour la soigner comme cette prof l’a fait ( maintenir à l’école un ordre qui ne passe que par le dialogue et donc l’accord des deux parties). L’enseignante fait du tango sans le savoir et  ne fait qu’appliquer cette règle absolue: it takes two to tango  (il faut être deux pour danser le tango).  

Virgule

Parce que la répression comme solution, c’est quand même limité. Castaner, le nouveau ministre de l’intérieur - dont je pense qu’il devrait appuyer un peu son accent du sud pour nous faire penser à un autre ministre de l’intérieur Charles Pasqua, question de crédibilité - a dit qu’il fallait plus de policiers en banlieue pour tout changer. C’est pas très tango, ça. On pourrait, je dis bien on pourrait, juste je parle hein, mais si on dépénalisait la possession comme en argentine, allemagne ou belgique  ou si on en légalisait l’usage comme au Canada, certains états des usa ou le portugal, est ce que ça serait pas plus efficace ? Est-ce qu’un peu de dialogue, de compréhension entre les usagers, les revendeurs et les fonctionnaires -en plus déjà occupés à choper les portables au lycée- ne ferait pas du bien ? Et oui parfois it takes three to tango.

Virgule

Je crois que le tango est un peu plus qu’une danse, un peu qu’une musique et s’il en fallait la preuve, c’est que bien danser la tango exige des heures, des jours, des semaines d’entrainement et qu’il en faut encore davantage pour trouver celui ou celle avec qui le danser for ever. 

Programmation musicale
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.