Miroir, miroir, suis-je la plus belle – le plus intelligent, le plus célèbre, le plus riche, le plus heureux ?... et j’en passe.

Vous vous rappelez le miroir de la reine dans Blanche-Neige ? Ce miroir magique à qui la reine demande : « Miroir, mon gentil miroir, qui est la plus belle du royaume ? » Et le miroir répond, ce n’est pas toi, ma reine, c’est la petite Blanche-Neige, avec ses joues roses et ses vingt ans de moins.

Le conte de Grimm, comme l’adaptation de Disney, donne peu de renseignements sur ce miroir magique. Où a-t-il été fabriqué ? D’où vient-il ? Nul n’en sait rien. Tout ce que dit le conte, c’est que le miroir magique dit la vérité. Et c’est cette vérité dite à la reine, tu n’es pas la plus belle, qui est le point de départ du drame. Parce que si le miroir n’avait rien dit, ou s’il avait un peu atténué les choses, en lui disant par exemple, écoute Blanche-Neige est vraiment canon, mais toi, tu n’es pas si mal non plus, alors arrête de te comparer à cette gamine et vis ta vie, si le miroir avait dit quelque chose comme ça, peut-être que Blanche Neige n’aurait pas sombré dans le sommeil et que la reine n’aurait pas fini avec des chaussures de fer brûlantes, obligée de danser jusqu’à ce que mort s’ensuive au mariage de son ennemie (oui, comme toujours, la version originale est plus cruelle que la version Disney).

Mais revenons à notre miroir magique. Essayons d’en savoir un peu plus sur lui. D’abord, la façon de l’interroger en dit long sur celui ou celle qui pose la question - et sur les préjugés en vigueur. On imagine mal, dans le conte, un roi, demander au miroir s’il est le plus beau du royaume, et le miroir lui répondre, écoute, non, ce n’est plus toi, c’est ton beau-fils qui est champion de skate-board. Non, le roi est un homme et les hommes sont profonds, conscients que la vraie beauté est à l’intérieur. Donc le roi demanderait plutôt suis-je le plus intelligent, suis-je le plus puissant ? Ai-je le plus gros QI et le plus gros missile atomique ? C’est un peu ce que demande Donald Trump à son miroir magique qui est bien embarrassé pour lui répondre.

La façon dont nous posons la question en dit long sur nous. La réponse est prévisible, c’est une réponse tragique, ce sera toujours : non. Personne n’est le plus... quelque chose. La comparaison n’a pas lieu d’être. Mais la façon dont nous persistons à nous comparer les uns aux autres, posant inlassablement la question au miroir magique en dit long. Pour nous qui voyageons en première classe du Titanic, le bonheur semble être devenu – plus que la beauté, la richesse ou la puissance – la nouvelle norme, celle qui unit les exigences de la beauté intérieure et de la beauté tout court. Nous devons être épanouis en famille, heureux au travail et transformer les épreuves en opportunité, surtout les épreuves économiques, par ce curieux tour de passe-passe qui exige des pauvres qu’ils restent positifs. Si vous ne vous en sortez pas, c’est que votre esprit est tordu. Et si vous le prenez mal, c’est que vous ne savez pas être heureux.

D’où la question, d’autant plus angoissante qu’elle est à la fois liée à notre vie sociale et à notre survie économique : miroir, mon beau miroir, suis-je le plus heureux ? ou suis-je assez heureux pour être comme les autres ?

La reine de Blanche-Neige est notre ancêtre à tous, la première à chercher des réponses à ses questions existentielles sur un écran tactile, à consulter les oracles d’Instagram et de Facebook. Mais notre miroir à nous est à la fois plus sophistiqué et plus cruel. Parce qu’il ne fait pas la différence entre la vérité et les fake news. Et qu’il nous dit que tout le monde est plus doué pour le bonheur que nous. Tu es le plus minable du royaume et tout le monde fait mieux que toi. Le bonheur obligatoire creuse notre sentiment de faillite et nous pousse à un perfectionnisme épuisant. La reine est condamnée à danser jusqu’à la mort avec des chaussures de feu. Nous dansons jusqu’au burn-out. Il y a quelque chose d’épuisant dans les miroirs magiques – épuisant pour les uns, et rentable pour les autres. 

Programmation musicale
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.