Toussaint et fête des morts oblige, ce matin, un sujet mortel. De "Six feet Under" à "Dallas", la mort dans les séries, c'est quasi un lieu commun, mais pour quelles raisons, dans les séries, seuls les oiseaux se cachent pour mourir ?

Sean Bean dans le rôle de Ned Stark, dans "Game of Thrones"
Sean Bean dans le rôle de Ned Stark, dans "Game of Thrones" © HBO

C'est un fait dans les séries on meurt beaucoup et pour plusieurs raisons … Et d’abord accidentellement. Quand la mort d’un comédien ou d’une comédienne s’invite dans la série sans prévenir comme ce fut le cas à la disparition du comédien Jim Davis - Jock Ewing le patriarche dans Dallas - ou encore celle de John Spencer alias Leo MacGarry dans A la Maison Blanche, on l’intègre dans la série et on fait mourir le personnage avec celui qui l'incarne.

Mais plus souvent, la mort peut aussi intervenir comme un plan de carrière, le désir d’un ou d’une comédienne qui souhaite passer à autre chose peut pousser les scénaristes à faire mourir un personnage. Un pot de départ en forme d’obsèques pour l'acteur ou l'actrice sur le départ. 

Mais la mort peut être aussi et surtout voulue et préméditée par les auteurs avec un malin plaisir comme dans Game of Thrones car faire mourir des personnages dont on n’a plus besoin ou pour créer de nouvelles tensions dramatiques, c’est souvent très pratique !

Bref, la mort va si bien aux séries que certains se décident même à en faire le point central de leur oeuvre comme par exemple dans Six feet under ou Dead Like Me un moyen dramatique, fantastique ou humoristique de toucher les téléspectateurs sur un sujet au combien humain. 

Mais voilà, une fois cela expliqué, la mort d'un de nos personnages préférés dans les séries peut-être traumatisante de l'autre côte du poste. Après la mort de Mark Green dans Urgences, de Mathew Crawley dans Downton Abbey ou de Rayna James dans Nashville, peut-on s'en remettre ? 

Beaucoup mieux, en réalité, qu'après la "presque mort" de Bobby dans Dallas, une presque fin mortelle ! 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.