Depuis le début de la saison, tous les vendredis, on voyage dans l’histoire des séries avec gourmandise dans "Faim de Séries" et pour ce dernier épisode de l’année, une question fort à propos : mais comment bien finir une saison de série afin de donner envie aux téléspectateurs de revenir à la rentrée ?

Détail de l'affiche du "Mentalist" saison 7
Détail de l'affiche du "Mentalist" saison 7 © FR_tmdb

Bien finir une saison pour l’industrie des séries c’est important, cela permet de remercier les téléspectateurs qui n’ont pas lâché un seul épisode, même le plus médiocre, de créer une nouvelle attente afin de relancer l’intérêt des fans et… tendre la main – qui sait – à ceux qui sont partis avec regret ou qui ne sont jamais montés à bord. Un épisode de fin de saison c’est en quelque sorte : « Promesses et récompenses » et un final marquant.

Dans Mentalist, par exemple, dont chaque saison est construite autour d’épisodes indépendants les uns des autres, la série propose de temps en temps, de retrouver Patrick Jane confronté au tueur en série John le Rouge. Or, la fin d’une saison est souvent le moment privilégié pour imaginer un rebondissement entre le mentaliste et son ennemi juré.  C’était le cas dans le final de la saison 3. Dans une double épisode haletant dont le dernier plan restera dans les mémoires. Un homme prétend être John le Rouge. Il est interprété par un guest,  en l'occurrence l'excellent Bradley Whitford vu dans The West Wing. Le Mentaliste n'est pas dupe et l’a démasqué, mais voilà, face à lui, à bout, Patrick Jane perd le contrôle et, à la surprise générale, abat froidement son ennemi supposé. Le Mentaliste tasse à la main se laisse arrêter par la police … en attendant la suite ! 

Dans les feuilletons, les séries dans lesquelles chaque épisode se termine par un "à suivre", les scénaristes doivent redoubler d’effort et d’imagination pour créer une fin de saison encore plus surprenante

Un exemple marquant, en mars 1980, nous sommes dans Dallas, saison 3, J.R. travaille tard dans son bureau, mais apparemment il n’est pas tout seul … Qui est là ? J.R. se dirige vers le couloir, jette un œil et dans la pénombre, deux tirs éclatent, J.R. s'effondre... Et il faudra attendre 8 mois pour avoir de ses nouvelles.  

Une fin de saison qui reste dans l’histoire des séries et bien plus que ça, durant l’été 1980, en pleine campagne électorale présidentielle aux États-Unis, les pro-Reagan qui voit en JR un héros arborent tout l’été sur leur revers de veste, tel un slogan, un badge sur lequel est inscrit : « A democrat shot J.R.». 

Une fin de saison qui en a inspiré bien d’autres dont la série concurrente et rivale Dynastie qui frappe - comme souvent  - encore plus fort dans le final de sa saison 5, les Carrington sont en Moldavie et lors d’un mariage princier où les choses dérapent… pour le meilleur ou pour le pire. Une fin de saison qui laisse une grande partie du casting pour mort … il fallait l’oser, Dynastie l’a fait !

Quelques années plus tard, Lost, l'hyper-feuilleton aux rebondissements incessants, ira encore plus loin dans une série où les scénaristes rebattent les cartes à chaque fin de saison

On n’a pas peur ici de faire exploser une bombe … et peut-être l’île avec ! Et là, noyer un personnage attachant enfermé derrière un hublot… ou l'art du cliffhanger permanent, fin de saison (ou pas). 

Et pour cette fin de saison de Faim de Séries, comment bien ou mal finir ? La réponse est dans le son. Pour voyager dans le temps et l'écouter c'est dans le podcast ou le replay ! Une saison 1 à réécouter tout l'été en attendant la suite ...  à partir du 28 août sur France Inter.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.