Il y a 20 ans après le lancement de "Loft Story" ou de "Koh Lanta" en France et l'arrivée de la télé-réalité partout dans le monde avec "Big Brother" et autres "Survivor", aux Etats-Unis, terre de séries, comment les bonnes vieilles fictions à épisodes se sont elles défendues ?

"Lost" dernière saison en 2010
"Lost" dernière saison en 2010 © Getty / Reisig and Taylor

Quand Loft Story arrive en France deux ans après Big Brother, la version originale néerlandaise, ce nouveau type d’émission de télé, dites de réalité, s’impose logiquement. Il faut dire qu’elle emprunte des recettes efficaces à des genres déjà très appréciés à la télévision. Aux séries documentaires, la mise en avant d’anonymes, au jeu télé, une mécanique de l’élimination et du gain, au soap opera ou à la série d’aventures, la dramaturgie et la diffusion par épisodes... à suivre. 

Et aux États-Unis c’est CBS, la chaine de Dallas ou des Experts, qui lance en 2000, ses versions de Big Brother et de Survivor, deux émissions qui viennent secouer le monde des séries

Si depuis plusieurs années, les séries assument déjà et de plus en plus la dimension feuilletonnante de leurs histoires pour s’éloigner de ce que l’on appelle le formula Show, la série formule, avec des héros récurrents et une histoire à chaque épisode, le succès de la  télé-réalité alerte les créateurs qui contre-attaquent et démontrent qu'avec un bon scénario, un bon cliffhanger mais surtout de bons personnages, c’est toujours mieux pour raconter une histoire avec du fond. 

L’émission de télé-réalité promettait de filmer des candidats 24h sur 24

Ok. Mais pour rendre le tout « télévisuellement » digérable, il fallait remonter les séquences filmées, le 24 sur 24 était peut-être une vérité pour les candidats, pas pour les téléspectateurs. Du coup, la fiction sait qu’elle peut mieux faire. Elle va envoyer sur le front télévisuel un héros en 24 heures chrono ou la mission d’un agent spécial anti-terroriste en 24 épisodes d’une heure soit les 24 heures de la vie de Jack Bauer. 

Et pour suivre après coup, 24 heures chrono en 24 heures c’est possible, il suffit d'enchainer une saison entière en commençant à minuit et une minute pour arriver au bout de l’aventure à 23h59, si vous avez faim, soif, envie même d’aller aux toilettes, pas d’inquiétudes, il y a les interstices où se glissaient les pages de pub durant la diffusion originelle, soit une vingtaine de minutes par heure. Pas mal pour se reposer les yeux. 

Autre exemple : pour faire face à Survivor ou Koh Lanta, chez nous, les créateurs de séries ne sont pas perdus. 

Certains d'entre eux inventent "Lost" en 2004

Une série avec un crash d’avion et des rescapés qui tentent de survivre sur une île en plein milieu du pacifique. Et voilà comment une série va plus loin que la télé-réalité puisque dans la fiction, trois ans après le 11 septembre, la série questionne quelques survivants à un crash d’avion sur une île fantastique …  

Perdus, ils doivent se trouver un leader dans une nature hostile et étrange. Heureusement il y a Jack, le gentil médecin et surtout Locke, stoïque, mystique, et philosophe. Un homme  qui semble plutôt ravi de se retrouver en mode survie... un bon candidat pour Koh Lanta

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Mais ça ne s'arrête pas là... 

Les créateurs de série face au succès des émissions de télé-réalité musicale comme Star Academy ou La nouvelle Star (American idol aux Etats-Unis) répondent entre autres avec Glee. Et la force de la fiction de Ryan Murphy c'est qu'elle ajoute à la dramaturgie du concours de chant, les meilleurs ingrédients de la série de lycée, de la sitcom pour ados et de la comédie musicale. Glee ou les aventures débridées d’une chorale d’un lycée de l’Ohio sous la direction d’un prof qui rêve de Broadway. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Thèmes associés