Dans l’actualité séries, il y a le lancement d’une nouvelle épopée de fantasy "His Dark Materials", l’adaptation du roman culte de Philip Pullman "À la croisée des mondes" qui met en scène entre autres… des animaux fantastiques. L'occasion de se demander si les animaux présents dans les séries sont toujours magiques?

Image du personnage Iorek Byrnison tiré de la série adaptée du roman "A la croisée des mondes"
Image du personnage Iorek Byrnison tiré de la série adaptée du roman "A la croisée des mondes" © BBC

Dans la série diffusée sur HBO et la BBC (et OCS, en France), His Dark Materials - à la croisée des mondes, tous les personnages sont secondés par un animal magique et fantastique, des Dæmon, c’est leur nom, qui ne sont pas de simples animaux de compagnie mais l’incarnation de l’âme du personnage. 

Et si cela était toujours un peu comme ça dans les séries qui mettent en scène des animaux ? Ce n’est pas si éloigné du rôle traditionnellement attribué aux animaux qui peuplaient télévision et séries du monde entier de Skippy le Kangourou en Australie à Belle, le chien fidèle de Sébastien dans les Pyrénées en passant par Tornado, le cheval qui surgit hors de la nuit et qui court vers l’aventure au galop... dans les États-Unis de Zorro.

Souvent plus qu'un animal

Et si dans toutes ces séries l’animal vient apporter son aide à ses amis les humains, il représente beaucoup plus qu’un simple compagnon à poil ou à plume. Il est aussi, en quelque sorte, le supplément d’âme du personnage qui vient combler une absence marquante, il joue le rôle d'un psy à quatre pattes qui aide parfois le personnage à passer le cap d’un trauma.

Dans Rin-tin-tin, par exemple, Rusty et son berger allemand sont recueillis à Fort Apache après l’attaque de leur convoi. Orphelin, Rusty va réapprendre à vivre sans figure maternelle avec l’aide, certes de la cavalerie américaine, mais surtout avec le soutien de son chien. En 1965, Sébastien n’a plus de mère, Belle fera l’affaire. En 1966, Skippy est orphelin, chez les Hammond, on l’adopte avec grand cœur. Coïncidence, le fils de la famille a lui aussi perdu sa mère…  Et c’est le même schéma en 1964 dans Flipper, le célèbre dauphin et dix ans auparavant avec Lassie, autre chien fidèle. 

Dans les années 1960, le producteur Ivan Tors profite du succès du film Flipper pour l’adapter à la télé et enchaîne avec un ours dans Mon ami Ben et toute une galerie d'animaux dont un lion qui louche dans Daktari.

Avec le temps, les bêtes sont de moins en moins fantastiques et reléguées au simple statut d’animaux de compagnie ou signe distinctif d’un personnage : le cacatoès de Barreta, le petit chien Février de Jonathan et Jennifer Hart dans Pour l’amour du risque ou plus récemment, Jean Gabin, le chien d’Arlette, agent de star, dans la série Dix pour cent.

Enfin, l'animal peut aussi enfin être utilisé à des fins plus humoristiques comme le poussin et le canard de Joey et Chandler dans Friends ou le chat Lucky que Alf rêve de transformer en madeleine !  

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.