En ce Vendredi saint, retour sur le plus grand Saint de tous les Saints cathodiques du Royaume Britannique: Sir Roger Moore alias … Le Saint mais qui fut aussi un preux chevalier et un lord pour le plus grand plaisir des téléspectateurs avant de devenir au cinéma un agent au service de sa majesté

Roger Moore en tant que 007 avec la Lotus Esprit Turbo, sur le tournage de "For Your Eyes Only", février 1981
Roger Moore en tant que 007 avec la Lotus Esprit Turbo, sur le tournage de "For Your Eyes Only", février 1981 © Getty / Keith Hamshere

Simon Templar, initiales ST, d’où son surnom Le Saint, vous vous souvenez ? Il a fait son apparition pour  la première fois à la télé en 1962. Au début de chaque épisode, on retrouvait Roger Moore, son regard caméra et son adresse au téléspectateur, et puis une auréole apparaissait très vite au-dessus de sa tête juste avant le générique. Simon Templar etait-il un saint ?  Pas certain, plutôt un aventurier. À la fois détective, gentleman et voleur… Il était une sorte de Robin des Bois des sixties qui volait aux riches, défendait les plus faible, mais à chaque épisode en profitait pour s’enrichir. Pas question pour lui de perdre de son standing.

Le Saint Simon Templar raccroche l’auréole après quelques 120 épisodes mais Roger Moore retrouve entre 1971 et 1972 le créateur du Saint dans une nouvelle production et un rôle assez proche, celui de Brett Sinclair dans … Amicalement Vôtre. Une série qui restera dans les annales pour le duo qu’il forme avec Tony Curtis, l’excellent doublage de Claude Bertrand et Michel Roux, un générique et une musique inoubliable signée … John Barry !

L’anglais Roger Moore y est plus playboy et aristo que jamais et doit enquêter avec un ex homme d’affaire américain Dany Wilde. La série fonctionne d’ailleurs  sur cette union détonante. Deux hommes qui ne cessent de se taquiner et peuvent même en venir aux mains comme lors de leur première rencontre suite à un désaccord sur la recette d’un cocktail … le nombre d’olives dans un crème créole !

Un génial duo pour une seule saison de 24 épisodes, mais une saison qui a tellement été rediffusée en France qu’on a l’impression qu’elle dura un demi-siècle. Il faut dire que la série n’a pas vraiment pris chez les anglo-saxons et on raconte que les deux stars ne s’entendaient pas à merveille ! Alors quand on a proposé à Roger Moore le rôle de James Bond, le comédien a abandonné assez facilement celui de Lord Brett Sinclair …

Roger Moore à la télé, n’a pas été que lord mais aussi chevalier dans Ivanhoé ! Mais saviez-vous que Roger Moore avait aussi été Sherlock Holmes dans un téléfilm américain pour NBC dans les années 70 ? Quelques années plus tôt aux États-Unis il avait aussi été un héros de l’ouest, un joueur de poker dans la série Maverick en 1960 pour remplacer la star du show James Garner. Ce sera la deuxième série de Roger Moore juste après avoir conquis le monde dans le rôle du preux chevalier.

« Ivanhoé, Ivanhoé, par les monts nous chevauchons et nous chantons. Dès que monte à nous l’appel des opprimés, voici nos chœurs, nos lances et nos épées »

Ivanhoé que Georges Guétary a chanté en français, une série diffusée en boucle le dimanche soir vers 19h30. Un carton qui a inspiré un héros bien de chez nous : Thierry la fronde. 

Le créateur Jean-Claude Deret avait déclaré à son sujet qu’à l’instar d’Ivanhoé et de son épée, de Guillaume Tell et de son arbalète, son Thierry aurait aussi une arme identifiable, la fronde, et défendrait, comme lui, les opprimés. La série sur notre Robin des Bois français fut d’ailleurs diffusée pour la première fois, le dimanche à 19h30 en lieu et place … d’Ivanhoé ! Donc qui sait, sans le chevalier croisé, on n’aurait peut-être jamais eu Thierry La Fronde ! Roger Moore ... un Saint c’est certain !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.