Il y a fort longtemps, quand les écrans n’envahissaient pas les maisons, les séries et les histoires à épisodes existaient déjà : dramatiques radiophoniques, BD à suivre ou roman-feuilleton à lire dans la presse ou encore des serials de cinéma (des films à épisodes avec héros récurent projetés au début du XXe siècle).

À chaque époque, des histoires à suivre

On pourrait même presque dire que la Bible, sacrée matrice de personnages, était en quelque sorte déjà une matière à série. Le curé s’improvisant showrunner, chaque dimanche, avec un nouvel épisode de Testament ou de son reboot The New Testament.

D’ailleurs dans le jargon des séries, on utilise le mot bible...

Quand un créateur d’une série construit son œuvre, il élabore son univers dans ce que l’on appelle « une bible ». Un document de plusieurs pages dans lequel sont compilés : les grandes lignes, les grands lieux ou encore la psychologie et les trajectoires des personnages d’une série. 

Mais outre la Bible, qui n’a pas parlé de drame shakespearien pour évoquer Game of Thrones ou Dallas ? Et qui n’a pas parlé d’Odyssée pour parler des _space operastels que Star Trek_ ? Les mythologies d’ailleurs sont aussi de très grandes séries, mais là arrêtez-moi là car si on me lance, j’y suis jusqu’à la fin de la saison... Bref, l’origine des séries est donc bien ancestrale.

Les séries auraient pris la place des contes

Avant la télé ou la radio, qui dans les salons racontaient chaque soir de belles histoires ? Des histoires longues à suivre ou des plus courtes à faire frémir ?

Et bien nos aïeux qui, au coin de feu, avait déjà inventé le rendez-vous sériel quotidien ou hebdomadaire. Et les premiers créateurs de séries l’ont bien compris. Parmi eux le grand pilleur et ré-enchanteur des contes et légendes … L’oncle Walt ! 

Et chaque semaine aux États-Unis, Walt Disney dès les débuts de la télé s’improvisait conteur. Dans son émission, on y rappelait les grandes épopées des héros américains tels que Davy ! Davy Crockett, l’homme qui n’a jamais peur… ou celle d’un cavalier qui surgit hors de la nuit et qui court vers l’aventure au galop !

Outre l’Oncle Walt et Tonton Alfred Hitchcock, beaucoup de narrateurs squattaient la télé. Un genre parodié avec beaucoup de second degré dans les années 90 avec les « Contes de la Crypte » où le conteur était un macchabée qui, depuis sa crypte, introduisait chaque épisode un peu dans cet esprit.

Oh mon beau miroir, il en fut à nouveau question, au début de la dernière décennie. Après avoir bien exploité le filon des contes en tout genre au cinéma la maison Disney a produit alors « Once Upon a Time ». Une série dans laquelle les héros de conte vivent à Storybrook, un petit village américain, le hic c’est qu’ils ont tous oublié d’où ils venaient…

Dans « Once upon a time » comme dans beaucoup de contes, on y suit des personnages de rien du tout qui vivent des histoires extraordinaires ou des héros extraordinaires qui ont des vies de rien du tout.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.