La jeune assistante sociale au grand cœur Joëlle Mazart (Véronique Jannot) arrivait avec sa Renault 5 et sa cafetière pour la première fois dans un lycée de banlieue et à la télévision sur TF1, le 12 février 1981, à 20h30. Retour sur une série qui a su capter avec justesse les rêves de la jeunesse des années 1980.

Veronique Jannot dans "Pause café" en 1988
Veronique Jannot dans "Pause café" en 1988 © Getty / Arnaud BORREL

Son prénom : Joëlle, son nom : Mazart … et c’est Véronique Jannot qui avait déjà une longue histoire avec le petit écran qui interprète le personnage surnommé « Pause Café » parce qu’elle offre des cafés aux lycéens afin de mieux les sonder, les comprendre et les aider … 

Joëlle Mazart que l’on confond presque à une lycéenne a bien envie de faire bouger les choses avec l’ambition d’adoucir les injustices sociales et de tenter le tout pour le tout pour aider ces lycéens à trouver leurs voies et leur permettre de bien « entrer dans la vie » comme la comédienne le chantait d'ailleurs dans le générique d'ouverture de la série.

"On entre dans la vie, sans frapper les trois coups, le destin est servi sans compter avec nous …"

Entre le Proviseur , encore un peu giscardien, en costard très gris qui aime l’ordre et la tradition et la jeune Joëlle avec jean, T-Shirt New-York ou chemise de base-ball, ça ne passe pas … comme quand Pause Café, enfin Mademoiselle Mazart, affiche sur la porte de son bureau des informations de préventions qu’elle considère cruciale alors que sa direction tente de cantonner la drôle de dame dans des travaux bien peu passionnants, du genre : remplir les dossiers de bourse, parce que "les bourses c'est du sociaal

Pause Café est une série qui, il y a 40 ans, avait pour ambition de tendre un miroir sensible sur la jeunesse de l’époque

Adaptée d’un livre très documenté du très à gauche Georges Coulonges également scénariste de Pause Café, la série observe une société en pleine mutation où la jeunesse veut aller au bout de ses rêves, comme le chante Goldman, à la même époque. C’est le cas d’Alain, très bon élève, fan de cinéma, qui en cours d’histoire évoque le film vu la veille. Et pour interpréter Alain, on découvre au casting de cette série Marc Lavoine qui a déjà le regard qui tue… et bien avant qu’il chante qu’elle a les yeux révolver. 

Mais il n'est pas tout seul on fait la connaissance également du futur cinéaste Martin Provost dans le rôle de Gérald … Et nous, dans les années 80, ces lycéens - Alain, Gérald, Laetitia, Trapèze, Nelly ou Dupeyron - on les aimait bien pour leur curiosité, leurs rêves d’émancipation mais pour leur insolence aussi … 

"Ah ça c'est sûr, ah ça c'est sûr !

Cette réplique de Grégoire Dupeyron (interprété par le bien nommé Jacques Bachelier) est devenue culte tant la série et sa suite (Joëlle Mazart) ont été vues et revues avant que le personnage soit de retour une dernière fois dans Pause-Café, Pause Tendresse sur TF1 désormais privatisée mais en 1989, Joëlle s’y est embourgeoisée et s’est éloignée de la militante qu’elle était dans la France mitterrandienne d’avant le tournant de la rigueur. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce 12 février 2021, Pause Café a 40 ans et aura au fond beaucoup compté. 

Ce personnage de série a créé des vocations et a popularisé le métier de travailleur social auprès d’une jeunesse qui avait bien besoin de rêver. 

Pour redécouvrir les 3 séries : Pause Café, Joëlle Mazart et Pause Café, Pause Tendresse sont disponibles sur la plateforme de l'INA : MADELEN

=> Retrouvez Benoît Lagane, tous les samedis, dans Une Heure en Séries au côté de Xavier Leherpeur

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix