Robert Conrad, l'homme des "Mystères de l'Ouest" et des "Têtes Brulées" s'en est allé le week-end dernier. Une disparition qui a beaucoup touché parce qu'il reste d'abord un bon souvenir… mais pas uniquement .

Robert Conrad (alias James West dans la série "Les Mystères de l'Ouest"), 1966
Robert Conrad (alias James West dans la série "Les Mystères de l'Ouest"), 1966 © Getty / CBS Photo Archive / Contributeur

Pour beaucoup, Robert Conrad restera l’homme qui a réveillé nos après-midi d’un ennui profond en débarquant sur la Une à cheval ou sur rail dans nos téléviseurs à une époque ou pour choisir sa série, le samedi était à nous. Le bonheur c’était simple comme un coup de fil, on téléphonait, on choisissait sa série et son héros et c’était souvent lui : 

West, James West c’était notre James Bond de l’Ouest ! 

Et qu’il soit sur terre dans les mystères ou plus tard en escadrille, la tête dans les airs, Robert Conrad avait du style, un ton, un bon crochet et pas mal d’humour. Son point fort c’était les cascades, sur Les Mystères de l’ouest,  il avait d’ailleurs été choisi pour sa capacité à les exécuter. Une salle d’entrainement avait été aménagée dans les studios et il s’était entouré d’une équipe de cascadeurs qui, contrairement aux têtes brûlées, n’étaient pas des bras cassés.

Une Tête Brûlée, Conrad ? Sans doute ! 

Sur les mystères de l’ouest, CBS a même eu très peur, une commotion cérébrale lors d’une cascade freina la production mais pas Robert qui aimait trop la bagarre pour s’arrêter ! On comprend mieux lui qui aimait l’aventure pourquoi Robert Conrad – sorte de Jean-Paul Belmondo de la télé américaine – a accepté le rôle du militaire Papy Boyington après avoir joué beaucoup d’espion. Après James West, il fut... Jake Webster un américain assigné derrière un bar en Europe dans l’Homme de Vienne puis Sloane, agent spécial chargé de lutter contre une organisation machiavélique qui avait toujours des idées atroces pour éradiquer les États-Unis à coup … de sauterelles tueuses ou de virus mortel …

Pour lutter contre la fin du monde, Sloane et son compagnon à la main de fer pouvaient compter sur de nombreux joujoux (d’ailleurs son agence était cachée dans l’arrière-boutique d’un magasin de jouet) avec des gadgets en tout genre et même un ordinateur qui parlait avec une voix féminine bien avant Alexa.

Robert Conrad a eu une longue et brillante carrière

D'ailleurs, avant Les mystères de l’ouest, Robert Conrad était déjà une star. En 1959,  Roy Huggins, le papa de Maverick et du Fugitif, le repère et invente un personnage de détective, Tom Lopaka, son premier grand rôle, une sorte de Magnum avant l’heure dans Hawaïan Eye (Intrigues à Hawaï), spin-off d'une série très populaire en son temps 77 sunset strip

Et quand, en 1979, il se retrouve dans Colorado une mini-série de prestige qui réunissait le casting 5 étoiles des comédiens les plus en vues à la télé, il ne détonne pas dans le rôle d’un ... trappeur au côté de "L'homme de fer / Perry Mason" Raymond Burr, du "Dr Kildare" Richard Chamberlain avant Shogun et Les oiseaux se cachent pour mourir ou encore "l'agent très spécial" à la "poigne de fer et de séduction", Robert Vaughn.

Dans les grands espaces, fin 80 / milieu 90 avec ses fils Christian et Shane Conrad, il tente un retour en ranger de haute-montagne dans le rôle de Jesse Hawkes puis plus tard en sauveteur alpin dans High Sierra, search & rescue 

Robert Conrad fut donc trappeur, ranger, pilote, espion, cow-boy, détective… Mais aussi dans la vie boxeur, cascadeur et même… Bob Conrad, chanteur folk, crooner country aux faux airs d’Elvis

Et pour en savoir plus sur Les Mystères de l'Ouest qui restera sa grande série, suite de l'hommage à Robert Conrad dans L'Effet miroir la chronique de Benoît Lagane dans Une Heure en Séries

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.