Le comédien Maurice Barrier vient de nous quitter des suites du Covid-19. Quand dimanche dernier on a appris sa disparition, c'est un visage familier du petit écran et de plusieurs séries des années 70/80 qui nous est revenu en mémoire. Retour sur une incarnation du petit peuple à l'écran.

Maurice Barrier dans "Les chevaux du soleil" en 1980 réalisé par François Villiers
Maurice Barrier dans "Les chevaux du soleil" en 1980 réalisé par François Villiers © TF1 / TAURUS FILM © TF1 / TAURUS FILM / Collection ChristopheL

Maurice Barrier et son éternelle moustache comme le rappelait Le Monde cette semaine « faisait partie de ces acteurs dont beaucoup connaissent le visage sans pour autant mettre un nom dessus ».  Et si dans la presse, on a rappelé qu'il avait été en particulier le second rôle du cinéma français des années 70 et 80, au côté, entre autres, de Jean Gabin, Alain Delon, Pierre Richard ou Gérard Depardieu, il fut une figure de premier plan à la télévision où il restera dans la mémoire du téléspectateur un soldat en Algérie sur TF1, un paysan de Corrèze sur la 2 ou encore Paul Gauguin dans une série en 7 épisodes diffusée sur FR3, en 1975. 

Maurice Barrier, comme pour le cinéma était un visage très présent à la télévision, parmi les personnages historiques incarnés à l'écran, outre Paul Gauguin, il fut pour de nombreux téléspectateurs un Staline inoubliable dans un téléfilm produit pour l'émission d'Armand Jammot Les Dossiers de l'écran. Mais il a été surtout l'incarnation sur le petit écran de l'homme ordinaire dans de nombreux films de télévision ou de séries, on l'a vu notamment dans des épisodes des 5 dernières minutes, de Maigret ou encore plus récemment de Louis la Brocante

Parmi les personnages de séries de premier plan qu'il a porté sur le petit écran, outre Gauguin, il y eu aussi Antoine Bouychou sur TF1, en 1980. Pauvre paysan ariégeois envoyé soldat en Algérie en 1830 et premier d'une dynastie de colons dont le feuilleton allait suivre l'histoire jusqu'en 1962. C'était Les Chevaux du soleil, une adaptation par Jules Roy de son propre roman en une saga de 12 épisodes qui restera dans les mémoires des téléspectateurs et aussi pour la musique de Georges Delerue.

En 1984, Maurice Barrier revient dans une nouvelle saga familiale et encore une adaptation littéraire mais cette fois-ci, on suit une famille de paysans de Corrèze dans Des grives aux loups d’après les romans de Claude Michelet. Maurice Barrier s’imposait ici dans le rôle de Jean-Edouard Vialhe qui voit son monde changer de 1899 à 1950 durant un demi-siècle marqué par les guerres et la modernisation de l’agriculture.  Sublime chronique en six épisodes du monde paysan, cette série a marqué bon nombre de français qui ont pu reconnaître dans cette grande petite histoire de leurs ancêtres. Chaque vendredi, juste avant l'émission de Bernard Pivot, Apostrophes, sur Antenne 2. 

Sur le petit écran, les rôles interprétés par le comédien Maurice Barrier collaient finalement bien à l'image de l'homme qu'il était et qui revendiquait avec fierté ses origines populaires

Le sarthois Maurice Barrier qui a fini sa vie dans un petit village de L'Yonne avait, disait-il, grandi dans la misère et pour s'en sortir avait du enchaîner très tôt les petits boulots. Il découvre le monde du théâtre au début des années 60, à presque 30 ans. Et quelques années plus tard, lui l’ancien choriste du Mans qui avait participé à des radios crochets donne de la voix au théâtre pour endosser en 1980, le costume de  Jean Valjean. C’était pour la création de la comédie musicale Les Misérables de Boublil et Schonberg avant que cette pièce soit reprise avec le succès que l’on connait à Londres, Broadway et Hollywood.

Maurice Barrier s’est éteint dimanche dernier mais sa voix et son visage resteront. Lui qui a non seulement jamais renié son milieu populaire, aura finalement incarné ces héros ordinaires issus comme lui du petit peuple. Les personnages de Valjean dans la comédie musicale, Bouychou ou Vialhe dans des séries à la télé, en sont de merveilleux témoins. Merci Barrier !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.