Bien avant que Persévérance ne se pose sur Mars, les séries se sont amusées à imaginer des voyages entre la Planète Rouge et la Terre. Petite revue de séjour dans l'espace, de spationautes et de martiens !

Voyage pour Mars ... quand les séries persévèrent ! Une image extraite de la série "The Twilight Zone" (1959 - 1965)
Voyage pour Mars ... quand les séries persévèrent ! Une image extraite de la série "The Twilight Zone" (1959 - 1965) © AFP / PHOTO12.COM - COLLECTION CINEMA

Les séries américaines ont depuis toujours mis en avant des héros intergalactiques ou des rangers de l'espace et ce, depuis le début de l'histoire de la télévision. 

Mais plus la conquête spatiale se faisait concrète, plus la SF infuse tous les registres

Dans les années 60, faire atterrir un martien et sa navette dans la sitcom, c'est logique. Un an avant qu'une sorcière bien aimée entre dans la maison des Stevens, un martien favori débarque en Californie dans My Favourite Martian. Nous sommes en septembre1963 et dans le premier épisode c'est un certain Bill Bixby - futur Dr Banner dans Hulk - qui assiste au crash !  Il est journaliste et l'alien se présente comme un professeur d'anthropologie qui vient de Mars. Et le vieux prof extra-terrestre ressemble à votre oncle ou voisin, tout juste a t il sur la tête deux antennes. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un martien à cette époque dans les séries ressemble forcément à un humain. C'est aussi la leçon que l'on peut tirer d'un épisode de La quatrième Dimension diffusait pour la première fois un 25 mars 1960. 

Ce jour-là Rod Serling nous raconte l’histoire de deux hommes envoyés sur Mars. Mais voilà que leur navette s’écrase sur la planète rouge. Bon la série était en noir et blanc donc on suppose qu’elle était rouge. Mais quelle n’est pas la surprise du survivant, un certain Conrad, de découvrir que les martiens lui ressemblent …  Et quel n’est pas l’étonnement du téléspectateur de découvrir que les martiens sont habillés en jupette un peu comme dans un péplum ! Bref qu’ils sont humains ! Et Conrad stupéfait de prendre la parole : 

« Vous êtes comme moi ! Le visage, le corps, tout ! Vous êtes comme moi !!!  Oh excusez-moi ! N’ayez pas peur ! Mon nom est Sam Conrad ! Samuel Conrad ! Mon nom. Vous comprenez ? Mon ami et moi, on vient de la Terre. Je vais vous montrer »

Et Conrad de dessiner trois points sur le sol : 

« Voici la Terre, 3ème planète après le soleil, vous êtes ici … Et de là où je viens… On appelle votre planète Mars ! »

Et Conrad bien accueilli au départ comprendra très vite, à ses dépens, que si les Martiens ressemblent aux humains, ils agiront forcément comme eux et l’exhiberont, en cage, comme un animal dans un Zoo ! 

Dans la sitcom ou l'anthologie on reste comme dans la SF dans la pure fantaisie. Mais plus la conquête spatiale est effective et plus l'homme voyage dans l'espace voire pose son petit pas sur la lune, plus les voyages vers Mars s'imaginent de façon plus "terre à terre".  

Partir pour Mars au XXie siècle, c’est prendre conscience que l’on part pour un voyage (qui comme la rivière) pourrait être sans retour

Un peu comme dans « Away » où Hillary Swank. Elle prend la tête d’un voyage international pour Mars mais doit accepter de laisser sur terre son mari et sa fille, adolescente. En France, Mars a aussi inspiré il y a quelques années les créateurs d’une série française, dans le registre plus classique du voyage catastrophe, "Missions" raconte brillamment comment un équipage tricolore se lance le défi d’être le premier sur Mars. Et ce n'est pas gagné. Un rêve d’enfant qui peut virer au cauchemar ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix