Trump s’en va mais Walker, Texas Ranger revient sans Chuck Norris à la télé américaine, 20 ans après l’arrêt de la série originale qui a accompagné en France bon nombre de repas dominicaux en famille. Quelle est la recette de ce navet ? Y-a-t-il quelque chose à sauver dans cette série réactionnaire ?

Chuck Norris dans Walker, Texas Ranger
Chuck Norris dans Walker, Texas Ranger © Getty

20 ans après son arrêt, Walker, Texas Ranger revient. La série fait son come-back aux États-Unis mais sans Chuck Norris ! Le karatéka octogénaire qui fête ses 81 ans, le 10 mars prochain, a cédé sa place à Jared Padalecki que les fans de séries connaissent pour son rôle de chasseur de créatures surnaturelles durant 15 saisons dans Supernatural et que l'on avait découvert dans Gilmore Girls. Pas encore vu cette nouvelle version de Walker, Texas Ranger a bien fonctionné aux Etats-Unis mais les critiques elles sont partagées. La série serait mieux écrite que l'originale – à la fois ce n’était pas difficile – et le nouveau Walker n’aurait pas grand-chose à voir avec l’ancien Ranger car, et c’est un comble. Ça parlerait mieux mais ça bastonnerait moins bien.

Jared Padalecki et Lindsey Morgan
Jared Padalecki et Lindsey Morgan / The CW

Au départ, Walker Texas Ranger était une série pensée et coproduite pour et par l’ex-Karatéka Chuck Norris qui avait bien besoin de montrer tout son talent et renflouer ses caisses après la faillite de sa société de films spécialisée dans le nanar de combat et la série tombe à pic pour offrir à Norris une nouvelle réputation dans une série qui durera - malgré la qualité très médiocre des scénarios - 8 saisons, plus de 200 épisodes et tout autant de bastons dans une série assez conservatrice

En effet, à l’image de Chuck Norris lui-même qui, par exemple, n’a pas manqué de soutenir Donald Trump … au point que certains ont même cru le voir dans la bande d’excités qui a pris d’assaut le Capitole. Une information démentie assez vite par l’agent de Chuck Norris, il s’agissait d’un sosie. Il faut dire que dans la série le personnage défendait un peu l’idée du "œil pour œil, dent pour dent" avec un je ne sais quoi d'"America First".

Sur un air de country, la chanson interprétée par Chuck Norris donnait le ton, si l’étranger est dans l’œil du Ranger, vaut mieux qu’il se tienne (comme une chemise) à carreau. Et comme le disait grosso modo le refrain.

Parce que le regard du Ranger est pointé sur toi, si tu fais quelque chose de mal, il va te voir. Quand tu viens au Texas, regarde bien derrière toi. Car c’est là que le Ranger se trouvera !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un personnage très américain avec un bon paquet de paradoxes

Premier exemple. Il avait, d’un côté, un état d’esprit clairement pro-Trump mais, de l’autre, combattait souvent de méchants capitalistes. Par ailleurs, s’il défendait son Texas profond et une certaine tradition, il était malgré tout ouvert aux cultures des autres, d’ailleurs, Walker comme Norris revendique ses origines amérindiennes. En fait, Texas Ranger c’est la philosophie de l’auto-défense par l’art martial du métissage où la force du colt américain associée au Shuriken japonais.

Une série, soyons honnête, très proche du navet mais qui a cartonné en France, pendant 17 ans, tous les dimanches après-midi sur TF1, juste avant la sieste et juste après le poulet rôti, une série qui a compté, au plus haut de ses audiences, plus de 8 millions de téléspectateurs, c’est énorme.

Un succès qui s’explique sans doute par la capacité à réunir trois publics : le téléspectateur dominical lambda, l’amateur de série policière américaine et les fans de films d’action de série B

La recette de la soupe Walker, Texas Ranger c’est une base à la Rick Hunter, avec de l’enquête coup de poing, de la sauce barbecue après le déjeuner de famille et une touche d’exotisme dans des scènes d’art martiaux que certains attendaient patiemment, un peu comme pour un téléfilm érotique que l’on regarde uniquement pour les scènes d’actions ? Enfin, pas le scénario ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Thèmes associés