Bien avant Malotru, Rocambole ou Moule à gaufre de la série sur le renseignement de Canal +, il y eu dans les années 80, parmi les légendes de l'espionnage en série, un certain Scarecrow, ça ne vous rappelle rien ? Indice : Il n'était pas tout seul ! Rembobinez vos cassettes !

C’était sur Antenne 2, entre deux émissions de Jacques Martin, rayon série américaine, outre l’espion bricolo et malin comme un couteau-suisse, Mac Gyver, les téléspectateurs français découvraient un couple d’espions qui faisait la paire : Scarecrow et Mrs King.

Le générique s'ouvrait par quelques plans sur Washington DC : le Capitole, la National Gallery, le Lincoln Mémorial et … Une maison blanche … enfin, un pavillon de banlieue. À l’intérieur, une mère active prépare le petit déjeuner de ses garçons et fait même étrangement sécher dans son four leurs chaussures de sports ! Dans le rôle de Mrs King : Kate Jackson, ex-Sabrina de la série les Drôles de dames. Son prénom : Amanda. Un homme en costard ou sous-pull beige, Bruce Boxleitner, dévale des escaliers de secours et s’élance tel marathon-man dans le West Potomac Park de la capitale, il s’appelle Lee Stetson alias Scarecrow. 

Scarecrow & Mrs King. 4 Saisons. 88 épisodes. Les deux font la paire !

En mixant le genre de la comédie et de l’espionnage, saupoudrée de quelques ingrédients venus de la comédie romantique et du drama familial, Les Deux font la paire raconte la rencontre fantaisiste puis les enquêtes de Lee Stetson, espion solitaire qui a du mal à travailler en duo depuis la mort de son coéquipier et Amanda, femme au foyer divorcée pas du tout désespérée mais qui aimerait bien trouver un job.

En 1983, date du lancement des Deux font la paire aux États-Unis - elle arrivera deux ans plus tard en 1985 en France - on ne parle pas encore de charge mentale, en revanche on aime les « working girl » et Amanda King démontre qu’une femme qui élève seule ses deux garçons - certes avec le soutien de sa mère - a toutes les compétences pour pouvoir intégrer les services secrets. L’occasion pour la série de s’amuser aussi de l’image de l’espion charmeur qui se fait damer le pion par les idées souvent judicieuses d’une mère au foyer qui a du caractère et ne se laisse pas faire. 

Une série dans l’esprit d’autres comédies policières et des duos masculins/féminins de l’époque comme dans Clair de lune où la patronne Maddie Hayes (Cybill Shepherd) menait la vie dure à son employé le détective David Addison (Bruce Willis) ou encore dans Remington Steele où le futur 007 Pierce Brosnan incarnait un vrai-faux patron d’une agence d'investigation dont le véritable cerveau était une femme, la détective privée Laura Holt (Stéphanie Zimbalist). Dans toutes ces séries, on y renverse les rôles traditionnellement véhiculés à la télé c’était aussi le cas dans Madame est servie dont le titre original Who’s the boss était d’ailleurs beaucoup plus clair.

Dans le cas de la série Les Deux font la paire, le duo, c’est aussi les créateurs du show, une femme et un homme, Eugénie Ross-Leming et Brad Buckner. Ils se sont fait la main sur Mary Hartman, Mary Hartman une série méconnue chez nous signée Norman Lear, le maître de la sitcom progressiste des années 70 aux états-unis. Deux créateurs que l’on retrouvera plus tard à la destinée d’une autre comédie romantique pleine d’aventures et de second degré : Loïs & Clark.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.