A quelque jours de la diffusion sur TF1 de "Grand Hôtel", à partir du 3 septembre, retour vers la grande époque des "Cœurs Brûlés", "Vent des Moissons" et autres "Dolmen", les sagas de l'été... "Demain leur appartient" ?

Les sagas de l'été : toute une affaire
Les sagas de l'été : toute une affaire © Getty / Grace Cary

Il y a quelque chose dans Grand Hotel adaptation d'un soap espagnol avec entre autres Carole Bouquet, série de la rentrée 2020 de TF1 qui nous entraîne presque 30 ans en arrière quand un couple de divorcé gérait un hôtel de la Côte d’Azur dans une de ces sagas cultes de nos étés télévisuels. Une série où les affres du cœur se greffaient au cœur d’affaires immobilières dans Les Cœurs Brûlés

Une saine acquisition pour TF1, avec les stars Mireille Darc, Pierre Vaneck ou Danièle Evenou et de jeunes figures montantes qui a été diffusée durant l’été 1992. Un tel succès que la chaîne a commandé une suite, Les yeux d’Hélène, pour sa rentrée de septembre 1994, un moyen de rétamer facilement la concurrence car une saga de l’été, ce n’était pas forcément une série de vacances.

En réalité, il y a toujours eu à la télévision française une tradition du feuilleton romanesque familial, souvent rural d’ailleurs. Des séries diffusées, en toutes saisons comme Des Grives aux loups sur des paysans de Corrèze à l’automne 1984 sur Antenne 2 ou encore La terre et le moulin sur TF1 dans laquelle une jeune héritière du Quercy tentait de sauver la ferme familiale sur laquelle lorgnaient quelques voisins cupides. 

Mais au fil du temps et des tendances, les séries à héros récurrents type Navarro ou l’Instit, plus rentables, plus faciles à rediffusée vont repousser les sagas dans les grilles estivales. Et c’est Le vent des moissons, l’été 1988 avec Annie Girardot et Jacques Dufilho qui marque les esprits. Une série dirigée par l’un des maîtres du genre, Jean Sagols, qui signera toutes les sagas de la Une pendant une petite décennie avec quelques motifs récurrents : la famille, ses secrets et une maison ou un domaine menacé et toujours deux trois vedettes sur le retour. 

Une recette reprise par France 2, l’été 1993, dans Le château des oliviers avec Brigitte Fossey de retour sur sa terre natale et … Jacques Perrin dans le rôle d’un vicieux promoteur.

Vers la fin des années 90, le trio famille, secret, maison ne suffit pas, on y ajoute du polar et même du fantastique comme dans Dolmen avec Ingrid Chauvin bien avant que demain lui appartienne et Yves Rénier, l’ex-commissaire rockn’roll Moulin dans le rôle d’un spécialiste d’ésotérisme et de légendes celtes qui seconde la gendarmerie afin d’élucider un mystère de menhir… qui saigne ! 

Troublante mutation de la saga de l’été … dont les feuilletons quotidiens - Plus belle la vie, Demain nous appartient ou Un si grand soleil - sont en quelque sorte des les héritiers et avatar.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.