L'actualité, c'est bien sûr le prix Goncourt qui est tombé lundi. On a touché du bois et on a bien fait : Jean-Paul Dubois décroche le prix pour "Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon". Ce qui confirme définitivement Dubois comme l'écrivain des lieux.

Ce livre vaut toutes les cartes d'embarquement, il vous fait passer de la France au Danemark puis au Canada en quelques heures. C'est un roman long courrier. 

Il vaut aussi toutes les agences immobilières, parce qu'on passe d'une cellule à un immeuble-paquebot, en passant par un temple.

Et il contient tous ces lieux intimes, cette fois, puisqu'on passe de l'amour fou au deuil en passant par le couple, des espaces infinis ou enfermants, selon l'histoire de chacun.

Ce roman démarre sur un espace clos, une cellule de prison.

Celui qui parle y est condamné, il s'appelle Paul, la prison se trouve à Montréal. Là, on lit le lieu limité, qui oblige à faire ses besoins devant son co-détenu, on lit l'immense nostalgie de la liberté, cette notion perverse que l'on savoure uniquement lorsqu'on l'a perdue - comme la santé.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.