L'actualité, c'est aussi, bien sûr, le durcissement de ton d'Emmanuel Macron à propos de l'immigration, propos tenus lundi. C'est étrange, parce qu'Emmanuel Macron étant un littéraire, il aurait dû savoir que s'il y a bien un thème que la littérature honore, c'est celui de l'immigration.

Le chevalier du Moyen Age, il est toujours itinérant, tout comme Don Quichotte, Candide de Voltaire, sans parler des romans sur l'exil : il y a une littérature du mouvement.

Alors, cher Emmanuel Macron, puisque vous écoutez cette émission, j'ai ici votre prochain livre de chevet,il s'appelle La Mer à l'envers, de Marie Darrieussecq. 

Il raconte comment une femme normale, rangée, décide un jour d'accueillir un jeune migrant. 

En choisissant cette femme, Rose, installée en province, mariée-deux- enfants, et Younès, qui vient du Niger, Darrieussecq oppose l'immobile à la mobilité.

Le résultat, c'est un sublime équilibre entre une force statique et une autre dynamique, soudain deux énergies se croisent et se stabilisent. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.