Michel Pastoureau fait partie de ces historiens à l’humeur vagabonde, comme on dirait sur France Inter, il est capable de s’intéresser aux couleurs, à la Toison d’Or ou au loup.

Le loup a été vénéré pendant l'Antiquité, redouté au Moyen-Age et aujourd'hui, une fois qu'il a été relooké par la littérature enfantine et par les militants pour sa ré-introduction dans les Pyrénées, il est perçu comme une brave bestiole.

Les auteurs latins adorent le mettre en scène. exemple : Apollon est le fils d'une femme changée en louve. Et parce qu'Aristote donnait ses cours à côté d'un bois ou aurait été Apollon il lui donna le nom de "lycée" (Lyco), en hommage à Apollon enfant de loup. Enfin Romulus et Rémus qui ont fondé Rome ont pu grandir en tétant une louve, laquelle se dit lupa en latin.

► La suite à voir ou écouter

Le Loup, une histoire culturelle de Michel Pastoureau aux éditions du Seuil 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.