En cette journée encore largement consacrée à Charles Aznavour, Djubaka revient sur les débuts, période ou il se produisait en duo avec Pierre Roche

Ils ont commencé à travailler ensemble pendant la Seconde Guerre mondiale et c’est l’occaz par un chemin que j’aime emprunter de vous causer des Zazous, et donc d’un moment ou en France la sape et la zizique ont fait acte de résistance. 

Tout commença en 1933 quand Cab Calloway enregistre Zah Zuh Zah et cinq ans plus tard en France, Johnny Hess met le pied à l’étrier « Je suis swing », la guerre éclate et Andrex enregistre cette chanson « Y'a des Zazous », que vous connaissez tous puisqu’elle a été reprise par M et Brigitte Fontaine.

Jusqu'ici sur terre, un homme pouvait être
Blanc ou noir, ou rouge, ou jaune et puis c'est tout
Mais une autre race, est en train d'apparaître :
C'est les zazous, c'est les zazous !
Un faux col qui monte jusqu'aux amygdales,
Avec un veston qui descend jusqu'aux g'noux
Les cheveux coupés jusqu'à l'épine dorsale :
Voilà l'zazou, voilà l'zazou !

Les Zazous sont avant tout des fans de Jazz, de musique noire. Il copie à Cab Calloway son look Zoot suit. Ils aiment parler français avec l’accent anglais, et idolâtre tout ce qui vient de l’autre côté de l’Atlantique. Sous l’occupation, il devient très difficile en dehors des endroits réglementés par la kommandantur de danser le swing. Va alors se monter une sorte de réseau ou les musiciens de l’époque vont se produire en toute clandestinité au nez et à la barbe des occupants

Une femme Mme "Daidy" Andrée Boyer dirige alors le Hot Club de France, qui est un vrai nid à moustique contre les nazis. Pour permettre à des musiciens au teint méditerranéen de jouer en dehors de la clandestinité, elle transforme leur nationalité et ils deviennent espagnol donc franquiste , italien donc mussolinien. Afin de passer les mailles de la censure, elle décide de faire jouer par les musiciens de jazz français des standards de Jazz Américain sous couverture de titres français. 

Ainsi camouflés, St-Louis Blues devient La Tristesse de St-Louis, Tiger rag est rebaptisé La Rage du Tigre et le Caravan de Duke Ellington se transforme en La carriole de Paimpol. Elle transforme le local du Hot club de France, créait une salle de repos pour les musiciens sans le sous ou qui risquent d’être arrêtés.

A cette époque cette dame est la manageuse de Django Reinhardt et vous savez comme moi quel sort sera réservé aux gens du voyage. Elle monte un studio dans la cave, enregistre et produit, et ouvre des clubs clandestins. Dans la rue, les zazous vont, grâce au swing, faire acte de résistance, et le vêtement tient dans cette démarche une place très importante. 

Ils sont visibles, ils ont l’excentricité élégante par bravade, ils portent des vêtements trop longs à une période où le tissu est rationné. Ils épaississent la semelle de leurs chaussures en remplaçant la crêpe par du bois. Ils gardent les cheveux longs alors qu'un décret vichyste fait des cheveux récupérés chez le coiffeur une matière première d'intérêt public pour la confection de pantoufles.

Enfin, ils mettaient un point d'honneur à être toujours équipés d'un parapluie qu'ils n'ouvraient jamais. Il joue l’esprit de contradiction permanente quand le port de l’étoile juive est décrétée, certain la porteront volontairement avec comme inscription, Zazou, Swing, ou Goy. Ils sont sous le régime de Pétain le furoncle de la jeunesse française. 

Très vite, les mouvements de jeunes milices leur font une guerre effrénée. Ils les rasent dans la rue, déchirent leur vêtements, cassent les disques, certains de ces Zazous se retrouvent au camp de Drancy et pour d’autres beaucoup plus loin, comme le mari de Mme Boyer. 

La famille d’Aznavour, fait de la résistance dans quartier de Montmartre, elle cache des juifs des arméniens. Au sortir de la guerre avec son amis Pierre Roche, ils enregistrent cette chanson « Le feutre taupé », un chapeau de couleur taupe, un portrait de zazou de première classe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.