"Voyage au bout de l’enfer", "Kramer contre Kramer", "Pentagon Papers"... Interprète hors du commun, elle a tourné dans près de 70 films qui ont séduit le monde entier.

La jeune actrice Meryl Streep en 1978
La jeune actrice Meryl Streep en 1978 © Getty / Jack Mitchell

Marie Louise Streep est née le 22 juin 1949 dans le New Jersey. Son père est un pharmacien d’origine allemande. Il est le lointain descendant de William Penn, fondateur de la Province de Pennsylvanie. En dépit de toute l’affection dont elle est entourée, Meryl Streep n’est pas heureuse durant son enfance. Elle se trouve très laide et son surnom ‘vilain petit canard’ l’isole des autres. Elle se réfugie alors dans le chant. 

Très douée, elle se fait remarquer par Estelle Liebling, l’ancienne cantatrice du Metropolitan Opera, qui la prend sous son aile. Pour effacer enfin son image de vilain petit canard, Meryl déploie une énergie farouche pour devenir une ravissante jeune fille blonde. 

C’est l’époque, aime-t-elle dire, du transfert. De l’art lyrique, elle se tourne vers le théâtre où elle apprend l’art de la séduction. Très vite, elle dévore les rôles du répertoire classique et intègre le Phoenix Repertory du théâtre de New York. C’est là, alors qu’elle joue dans La Cerisaie de Tchekov, qu’elle se fait remarquer par Robert de Niro qui la recommande à Cimino pour jouer sa petite amie dans Voyage au bout de l’enfer. 

Ce film lui offre une reconnaissance publique et critique, et elle devient à moins de 30 ans l’actrice numéro 1 des États-Unis. Personnalité magnétique, Meryl Streep renoue avec la tradition des étoiles de l’âge d’or du cinéma américain. 

Son physique, sa grâce et son regard n’épousent pas exactement les canons conventionnels de l’esthétique. Mais sa beauté évoque la nostalgie du temps passé : un visage limpide, multiple et mystérieux, une flamme intérieure, une réserve secrète qui dissimule un tempérament ardent et passionné. « Elle remplit l’écran de sa magie », pour reprendre la belle citation de son biographe Dominique Faux. 

La presse américaine l’a très vite surnommée The Queen Meryl et le cinéma l’a considérée entre toutes (Sigourney Weaver, Kathleen Turner, Jessica Lange) pour être la meilleure actrice de sa génération. En effet, cette surdouée du 7ème art que l’on compare à Greta Garbo et Bette Davis possède un parcours professionnel unique. Il est marqué dès ses débuts par une succession de films majeurs : Voyage au bout de l’enfer, Kramer contre Kramer, La Maîtresse du lieutenant français, Le Choix de Sophie.  

Interprète hors du commun, elle a tourné dans près de 70 films qui ont séduit le monde entier. Parmi les plus récents, on compte : La Dame de fer, Un été à Osage County et Florence Foster Jenkins. Elle est l’une des comédiennes les plus récompensées du cinéma anglophone avec 3 Oscars, 9 Golden Globes, 2 BAFTA, un prix d’interprétation à Cannes, un Ours d’argent à Berlin et un César d’honneur du cinéma français. Avec 17 sélections comme Meilleure actrice, Meryl Streep est également l’interprète la plus nommée de l’histoire des Oscars, hommes et femmes confondus. Ce soir, elle est encore nommée pour Pentagon Papers

Et dire que le producteur Dino De Laurentiis s’est exclamé en la rencontrant pour la première fois : « Quel laideron ! »… Comme quoi, on peut être Dino De Laurentis et manquer sérieusement de flair !

L'équipe
Nous contacter
(ré)écouter La chronique de Dominique Besnehard Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.