S’il y a une profession où l’on peut devenir célèbre à un âge certain, y compris peut-être en politique, c’est bien le métier d’acteur. Liliane Rovère, la doyenne des agents dans la série Dix Pour Cent en est le meilleur exemple.

Liliane Rovère, actrice française, actuellement à l'affiche de la série "Dix pour cent" où elle joue le rôle d'Arlette Azémar, agent artistique depuis 2015.
Liliane Rovère, actrice française, actuellement à l'affiche de la série "Dix pour cent" où elle joue le rôle d'Arlette Azémar, agent artistique depuis 2015. © AFP / Yann Coatsaliou

Notre vedette de l’écran de ce soir appartient à ces exceptions qui confirment la règle que, passé 80 ans, on n’est plus apte à travailler. 

Liliane Rovère voit le jour le 30 janvier 1933, le jour de l’élection d’Adolf Hitler comme chancelier de la République de Weimar. Une sombre coïncidence pour cette petite Juive née de parents polonais et fraîchement naturalisés. « J’avais tiré un mauvais lot », dit-elle avec cet humour espiègle et singulier qui la caractérise.      

Ses parents sont confectionneurs boulevard de Strasbourg et leurs affaires prospèrent jusqu’au conflit. Mais la guerre éclate, il faut franchir la ligne de démarcation, s’enfuir et se cacher. « Je n’avais pas conscience de ce qui se passait, car on ne m’avait rien expliqué, ni sur la vie ni sur la guerre ni sur quoi que ce soit », regrette-t-elle. Elle gardera de son enfance le besoin existentiel de savoir et de s’exprimer.   

À la Libération, Liliane Rovère pratique le piano et le chant, puis découvre le jazz à 12 ans : c’est une révélation. Lycéenne, elle traîne la nuit dans les boîtes de Saint Germain, ses livres sous le bras. Les jazzmen américains l’initient au bebop, cette musique qui swingue venue des États-Unis.   

Le jazz l’émancipe. Mais ses parents s’inquiètent pour son avenir et l’envoient chez un oncle à New York dans l’espoir qu’elle trouve un mari avec situation. 

Le soir de son arrivée, elle fonce au Birdland, le mythique club de jazz, retrouver les musiciens qu’elle a connu à Paris. Elle y croise Chet Baker et c’est le coup de foudre. Liliane vit deux ans avec ce voyou romantique. Il n’est pas encore une icône, mais déjà une star. 

Elle flirte ensuite avec Dexter Gordon, cuisine des pâtes pour Charlie Parker, et noue une longue amitié avec Kenny Clarke. 

De retour en France, un peu paumée, elle erre de club en boîte de jazz, parfois derrière la caisse comme barmaid, plus souvent sur la piste avec les musiciens. C’est sa mère qui l’encourage à suivre des cours de théâtre. Elle s’inscrit au célèbre cours Simon où elle se fait remarquer avec sa voix rauque, son accent parigot et ses airs de réincarnation d’Arletty. Elle s’épanouit ensuite dans le cours de Tania Balachova, plus exigeante, plus tatillonne du texte. 

Liliane Rovère commence alors à jouer en province au Théâtre de Bourgogne. Puis, c’est la rencontre décisive avec Jorge Lavelli, grand metteur en scène, qui la dirige dans des spectacles marquants comme Le Concile d’amour et les pièces de Copi. 

Le nom de Liliane Rovère figure dans une centaine de génériques de films et de téléfilms. Elle a tourné avec des maîtres comme Bertrand Blier qui l’a appelée à trois reprises, et Bertrand Tavernier avec lequel elle partage sa passion du jazz, mais aussi Emmanuel Finkiel pour son film Voyages dans lequel elle parle le yiddish de son enfance. 

En 2015, elle rejoint le casting de la série Dix Pour Cent mis en scène par Cédric Klapisch et Antoine Garceau en interprétant la pétaradante Arlette, l’agent qui a tout vu, tout connu. Entre sagesse et provocation, elle irradie cette troisième saison de sa présence et de son chuintement à la Signoret. Dix Pour Cent saison 3 sera diffusée sur France 2 à partir du 14 novembre.                               

L'équipe
Nous contacter
(ré)écouter La chronique de Dominique Besnehard Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.