Patricia Viterbo est l’archétype de la starlette à la filmographie mince mais au destin extraordinaire - voire romanesque.

L'actrice, Patricia Viterbo le 27 janvier 1965.
L'actrice, Patricia Viterbo le 27 janvier 1965. © Getty / Larry Ellis / Daily Express / Hulton Archive

Patricia Viterbo incarnait la grâce, la beauté, la fraîcheur, et pourtant elle connut un bien cruel destin

De son vrai nom Nicole Marie Viterbo, Patricia est née au Vésinet le 21 mars 1939. Élevée chez les sœurs à Versailles et à Saint-Germain en Laye, elle s’affranchit cependant très tôt de son éducation stricte. Elle devient ainsi mannequin chez Christian Dior puis esthéticienne. En 1963, elle débute au cinéma avec un petit rôle d’infirmière dans le film Des frissons partout de Raoul André.  

Au début des années 1960, ses fiançailles avec Johnny Hallyday lui valent la Une des journaux de cœur et la jalousie de nombreuses jeunes filles en fleurs. C’est le point de départ d’une relation extrêmement passionnelle et pour le moins houleuse. 

Johnny dira dans ses mémoires Destroy :

On s’est tout fait. Le jour de son anniversaire, je lui ai offert une Alpine Renault. Deux jours plus tard, elle me faisait péter les plombs en se baladant dans la voiture avec un vieux micheton qui aurait pu être son grand-père. Nos histoires faisaient la couverture de tous les journaux à scandale avec des détails incroyables de précision. Les paparazzi ne nous lâchaient pas. À croire que quelqu’un extrêmement proche les renseignait. Et si c’était Patricia ? 

Mais les amours tumultueuses de Patricia et Johnny s’achèvent quelques mois plus tard sur une petite route de la campagne landaise. « Je venais d’apprendre, poursuit Johnny, que j’allais recevoir un disque d’or pour Let’s Twist Again qui s’était vendu à plus d’un million d’exemplaires et m’étonnais de ma chance. Patricia m’a répondu, histoire de me provoquer :

Moi ça ne m’étonne pas du tout. Tu as vraiment une veine de cocu. 

Je l’ai laissée à la première station-service ». 

Au cours de sa fugitive carrière, la jolie Patricia apparaît dans une douzaine de films, principalement des films policiers français aux titres évocateurs : Laisse tirer les tireurs, Ces dames s’en mêlent, Les Gros Bras ou encore Requiem pour un caïd.  

Le 10 novembre 1966, Patricia Viterbo meurt d’une façon tragique sur le tournage de son dernier film, Le Judoka agent secret. La voiture que conduit son partenaire Henri Garcin dérape sur les quais mouillés de la Seine, au niveau du pont de l’Alma, et plonge dans ses eaux froides. Si l’acteur s’en tire avec quelques blessures, la jeune actrice meurt noyée. Elle avait 27 ans. 

Endeuillé par cette disparition précoce, Johnny Hallyday lui dédie sa chanson Maudite rivière

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.