Ce soir, notre vedette de l’écran est l’une des plus belles actrices européennes du cinéma américain : Mademoiselle Jacqueline Bisset, que l’on peut découvrir actuellement dans le rôle de la mère de Sarah Jessica Parker dans "Here and Now" de Fabien Constant.

Jacqueline Bisset à la Mostra de Venise en 2018
Jacqueline Bisset à la Mostra de Venise en 2018 © Getty / Alessandra Benedetti - Corbis

Fille d’un médecin écossais et d’une mère avocate d’origine française, Jacqueline Bisset a été élevée dans un milieu aisé. Elle fait des études dans une école privée et prend des cours de danse. À 16 ans, elle intègre le lycée français de Londres puis débute le mannequinat. Ses amis l’encouragent à tenter sa chance au cinéma et son joli visage lui permet d’obtenir un petit rôle dans Le Knack… et comment l’avoir en 1964, le film phare du London swinging.  

Deux ans plus tard, Jacqueline fait une apparition comme figurante dans Cul de sac de Roman Polanski 

Repérée par la Fox dans Voyage à deux de Stanley Donen, cinéaste mythique récemment disparu, Jacqueline Bisset signe chez eux un contrat de sept ans. Elle tourne avec les monstres d’Hollywood : Frank Sinatra dans Le Détective, Steve McQueen dans Bullitt, Paul Newman dans Juge et Hors-la-loi

Pour les producteurs américains, sa magnifique beauté n’est alors que le faire-valoir de la gente masculine des studios, servant à souligner la virilité et le charisme des acteurs. Mais Jacqueline n’est pas dupe, elle sait que la beauté peut être un piège éphémère…

En 1973, pour son plus grand bonheur, François Truffaut lui propose un rôle dans La Nuit américaine. Il s’agit là de sa deuxième expérience en français dans un film où elle incarne une star anglaise de retour après une sévère dépression, la première étant La Promesse de Paul Feyder.  

Jacqueline Bisset rencontre finalement la consécration française avec Le Magnifique de Philippe de Broca

Son double rôle ambigu la fait toucher à l’apogée de la séduction. Ah ! ses apparitions torrides en t-shirt moulant...   

Après une série de blockbusters, dont Les Grands Fonds de Peter Yates avec Nick Nolte, Jacqueline reprend sa carrière en main et la dirige vers un cinéma plus qualitatif.  

Elle se tourne alors vers la coproduction avec Riches et célèbres de Georges Cukor, qui demeure sa seule expérience en la matière : « Je voulais une histoire humaine, simple, qui avait des qualités psychologiques ». Elle interprète également le rôle principal du film et compose là ce qui reste probablement sa meilleure performance d’actrice.  

Jacqueline Bisset excelle aussi sous la direction de John Huston dans Au-dessous du volcan avec Albert Finney. Mais le réalisateur rayonne sur le plateau d’une présence virile et moqueuse qui n’est pas franchement du goût de la comédienne.   

Par contre, Jacqueline est très à l’aise avec Gérard Depardieu et Abel Ferrara dans Welcome to New York, film librement inspiré de l’affaire Strauss-Kahn. Pendant la promotion du film, elle esquive les questions liées à Anne Sinclair :

Pour moi, c’est évident que je ne l’incarne pas.  

À plus de 70 ans, Jacqueline Bisset possède encore une beauté radieuse. Ses yeux de chat, sa silhouette de tanagra, son visage naturel sans retouche intéressent beaucoup le jeune cinéma indépendant américain. La preuve : elle a tourné cinq films en 2018 dont Here and Now, disponible en DVD et VOD. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
(Ré)écouter La chronique de Dominique Besnehard
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.