Ingmar Bergman aurait eu 100 ans le 14 juillet 2018. Pour évoquer sa rétrospective à la Cinémathèque, Dominique Besnehard raconte sa muse, l'actrice Liv Ullmann.

L'actrice norvégienne Liv Ullman
L'actrice norvégienne Liv Ullman © Sunset Boulevard

D’origine norvégienne, Liv Ullmann naît à Tokyo le 10 décembre 1938. Au début de la guerre, sa famille émigre au Canada puis à New York. À la mort prématurée de son père, sa mère rejoint sa Scandinavie originelle et la petite fille grandit en Norvège. 

Très tôt, Liv se passionne pour le théâtre. Mais les Ullmann, famille austère et puritaine, voient cela d’un très mauvais œil. Elle brise pourtant l’interdit et obtient quelques rôles dans des petits théâtres régionaux. Elle joue ensuite au Théâtre national norvégien les grands classiques du théâtre scandinave : Ibsen et Strindberg.   

Elle a 25 ans quand son amie Bibi Anderson lui permet de décrocher un petit rôle sur un film de Bergman. « Le début de la gloire » se dit-elle. 

Malheureusement, le cinéaste suédois est souffrant et doit abandonner le projet. Les deux amies déçues vont se changer les idées en Europe de l’Est. Ce qu’elles ne savent pas, c’est que dans sa chambre d’hôpital, Bergman tombe sur un cliché des deux jeunes femmes qui l’enthousiasme. Leur ressemblance physique lui inspire son film Persona, l’histoire d’une patiente et de son infirmière dont les personnalités se confrontent et se confondent. Liv y incarne une comédienne frappée de mutisme en pleine représentation d’Electre et, avec ce personnage, accède à la gloire. 

Le tournage de Persona est aussi le théâtre du coup de foudre entre Ullmann et Bergman. Elle est mariée et lui aussi. Leur liaison scandalise les Suédois. Et la naissance de leur petite fille Linn vient très vite ajouter au scandale.  

Pour préserver son amour, Bergman élit domicile à Faro, îlot désertique accroché au bras de mer entre la Russie et la Suède. Pour Liv, le dépouillement de Faro est un supplice, comme elle l’écrit dans son autobiographie intitulée Devenir. La confession est touchante et révèle à quel point Liv et Bergman avaient alors deux regards inconciliables sur leur vie de couple. Amants, ils tournent encore trois films ensemble dans une tension permanente. 

En 1970, le tournage des Émigrants de Jan Troell l’emmène jusqu’aux États-Unis. Elle choisit d’y rester quelques temps, mettant ainsi fin à sa relation avec Bergman. Néanmoins, elle dira de lui : « Je dois tout à Bergman, j’ai commencé à être moi-même à partir de notre rencontre ». 

Malgré leur séparation, ils continuent à travailler ensemble, et leur vie personnelle nourrit leurs œuvres communes, comme Scènes de la vie conjugale en 1974, inspirée de leur vie de couple. 

Qualifiée de nouvelle Garbo aux États-Unis, Liv Ullmann est nommée à deux reprises à l’Oscar de la meilleure actrice, pour Les Émigrants de Jan Troell et pour Face à face de Bergman. 

 Liv Ullmann et Ingmar Bergman, c’est neuf films ensemble et que des chefs-d’œuvres : Cris et chuchotements, Face à face, Sonate d’automne

Il lui confie même l’un de ses scénarios, Infidèle, qu’elle met en scène. Récemment, Liv a réalisé une énième version de Mademoiselle Julie avec Jessica Chastain. 

La grande qualité de Liv Ullmann, c’est à la fois d’être une icône bergmanienne et d’exister au-delà du mythe de son Pygmalion. Emblématique car elle représente Bergman à jamais et symbolise aussi l’âge d’or du cinéma européen : l’époque où Godard, Truffaut, Fassbinder et Antonioni régnaient sur le cinéma mondial. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
(ré)écouter La chronique de Dominique Besnehard Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.