Il y a une question que personne n’a abordé durant ce grand débat national! Une question pourtant primordiale: « Est ce qu’on fait le sans contact? »

Bon alors Léa, Nicolas, vous avez beau animer la première matinale de France, je sais que vous avez su rester simple et que vous achetez vous même votre pain! Nagui aussi! Enfin lui il a acheté la boulangerie! Alors bien sûr chacun l’achète à sa manière! Claude Askolovitch par exemple, avec le lyrisme qu’on lui connaît:  

-Donnez moi de ce pain, fruit d’une union illégitime entre la farine de levain et la levure de boulanger…

-J’ai pas compris…

-un batard s’il vous plait…

Bref Le boulanger il s’en fout de la prose d’Asko, ce qu’il veut savoir c’est si vous avez le sans contact,

Tout le monde veut du sans contact!

Ce matin J’ai voulu faire la bise à Lea Salamé, elle m’a dit : je préfère sans contact!

Le sans contact c’est une relation platonique entre une carte bleue et un terminal! Fini le coït! Pas de code, pas de numéro… C’est le tantrisme appliqué au moyen de paiement!

Prenez une personne âgée…pas violemment c’est fragile… Ce petit vieux qui a déjà vécu difficilement le passage à l’Euro, l’éviction de Julien Lepers, l’arrivée d’Internet, qui écrit encore des lettres manuscrites à France Inter demandant quand est ce qu’il revient Stéphane Paoli? 

Imaginez quelle est sa réaction quand on lui parle de sans contact, à lui, qui n’a déjà plus de contact avec sa propre famille!

Parce que ce passage à la caisse, aussi fugace fut il, c’était peut être  ce qui se rapprochait le plus d’une conversation dans une longue  journée de solitude!

Donc grâce au sans contact…et bien bravo, on a gagné 2 minutes et lui, ça lui fait un contact de moins!

La société du sans contact c’est la société de la surveillance car qui dit carte à puces dit forcément flicage!

Imaginons une dictature ou Nicolas Maduro, Vladimir Poutine, Kim jong Un ou ma femme, je parle des dictateurs les plus connus de l’époque, exigeraient des citoyens qu’ils les informent de leur moindres faits et gestes! 

Un monde où on devrait dire Avec qui et où on a mangé?

De quoi on a parlé? 

Combien ça nous a coûté?

Mais on hurlerait au scandale! À l’atteinte à la vie privée et aux droits de l’homme!

Et bien cette dictature, Au nom du progrès, on y est déjà ! Grâce aux cartes à puce, à nos téléphones portables, à nos achats en ligne…On se balade tous à poil mais on se méfie des voyeurs…

Dans les dystopies les plus folles d’Orwell, on imaginait un Big Brother imposé sous la contrainte…

là on l’a choisi de notre plein gré! 

Parce qu’après le sans contact mène à tout…Des courses sans contact! Des amis sans contacts! Je trouve pas de boulot sans contact!

Un jour les photos de vacances qu’on poste sur Facebook se retourneront contre nous! 

« Mais voyons chers contribuables, ce voyage sur l’île d’Oleron où vous avez repris 3 fois des huîtres, j’ai vu ça sur Instagram, c’est un peu hors budget, ça ne correspond pas à votre déclaration de ressources ?l! »

Pareil pour un entretien d’embauche:

« J’ai le regret de vous annoncer que nous n’avons pas retenu votre candidature au sein de la Société générale après vous avoir vu mettre 9 sur 10 au spectacle de Guillaume Meurice sur Billet reduc! »

C’est ça la société du sans contact!

Et ce matin, en venant à la Maison de la Radio, j’ai croisé un SDF  qui m’a demandé une pièce…j’ai fouillé mes poches et j’ai fini par lui demander: « Vous faites le sans contact? » 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.