Cette semaine : Une bonne idée qui vient d'Allemagne, le Parti social-démocrate veut lutter contre les stéréotypes véhiculés par la pornographie classique; Une main tendue aux femmes par le Vatican; Et la joie des militants LGBT après le vote d’une loi historique en faveur des personnes trans à Montevideo.

La bonne idée de la semaine ... Elle nous vient d’Allemagne et plus précisément du SPD. Les sociaux-démocrates veulent intégrer dans leur programme des subventions aux films pornographiques féministes. Et là vous me dites : « queu-ah ??? Du porno féministe ? » Eh bien si, ça existe. C’est très minoritaire, dans une industrie faite principalement par et pour des hommes. Mais un certain nombre de réalisatrices, venues pour la plupart des pays du nord, osent glisser un œil derrière la caméra, pour mettent en scène des fantasmes, à elles, plus à même, sans doute, de titiller le désir d’une bonne partie de la population (combien on est, déjà ? Ah oui, la moitié de l’humanité). Résultat, ça donne, par exemple, Dirty Diaries, collection de courts métrages suédois.  Un must en la matière sorti en 2009. 

Alors oui, il y a des soupirs, oui, mais pas de MAIS PAS de râles gutturaux qui vous décrochent l’oreille à force de vouloir vous la caresser. Et qui soupire ? Madame, qui certes, a une jolie poitrine MAIS PAS de double air bag. Monsieur est joliment doté lui aussi, MAIS C’EST PAS monstrueux, et à priori ça passe tout seul sans faire mal à Madame. MAIS PAS tout de suite, non, on attend, on se caresse, on s’embrasse… Si si si, dans ce porno-là, il y a des préliminaires, et oh mon dieu, des préservatifs !!! En tout cas, c’est joli, plutôt bien filmé… 

Suffisamment d’ailleurs pour que ça puisse plaire aussi à un public masculin. Essayez, vous verrez. C’est gratuit, et c’est simple comme un coup de clic sur internet. Et c’est justement pour ça que le SPD s’en mêle. En Allemagne, comme en France d’ailleurs, les jeunes sont de plus en plus consommateurs de porno, désormais en libre accès sur le web. Qu’on adore l’idée ou pas, ils le font. Donc autant leur élargir l’horizon fantasmatique, se sont dit les sociaux-démocrates, autant leur proposer autre chose que les gang-bang à répétitions, les pseudo tournantes dans des vestiaires de gym, et des femmes qui se font traiter de chiennes à tout bout de champ…  Alors, vu l’hostilité d’une partie des électeurs allemands sur le sujet, comment vous dire, les subventions d’Etat au porno féministe, c’est pas pour demain, mais au moins, le débat est lancé. 

Le « hiha » de la semaine… Entendu vendredi dans les rues de Montevideo, c’est la joie des militants LGBT après le vote d’une loi historique en faveur des personnes trans. Les chirurgies de réassignations et les hormonothérapies accompagnant le changement de sexe seront désormais intégralement remboursées. Au-delà, le texte reconnaît à quiconque le droit de s’auto déterminer comme homme ou comme femme. L’Uruguay devient ainsi l’un des pays les plus avancés en la matière, si ce n’est le plus avancé en Amérique latine. Le mariage homosexuels et l’adoption par des couples d’hommes et de femmes y est autorisé depuis 2009. Et la PMA ? Pour toutes ? Ouh là, ça fait bien douze ans, maintenant ! 

La main tendue de la semaine… Tendue aux femmes par le Vatican, Réunis en synode, en fin de semaine dernière, à Rome, les évêques ont invité des religieuses à se joindre au débat… Eh ben oui… Comme quoi, on peut porter calotte et accorder aux femmes le droit de porter cerveau. Le droit de s’en servir, même, surtout  quand ça les concerne directement. Le thème du synode ? La place des femmes dans l’église, l’éducation des jeunes filles, la « nécessaire lutte, je cite, contre la culture machiste » du dogme et de l’institution… Du coup, les femmes étaient là, cette fois. Elles étaient au moins… Oh ! Douze, les religieuses. Soit 10% des participants. Ok, c’est pas beaucoup, mais elles ont pu parler. A la pause café, notamment, disait l’une d’entre elle à l’AFP. Alors évidemment, comme seuls les hommes ont le droit de vote au synode, elles n’ont pas eu leur mot à dire sur le texte final… Une pétition a bien circulé pour ouvrir le vote aux femmes… Mais bon, comme le rappelait l’un des participants : c’est pas de la faute des évêques si Jésus n’a choisi que des hommes comme apôtres. Ben oui. Et la pomme, c’est pas la faute d’Adam non plus, ok ? Mais baste, point de polémique au Vatican de grâce. Réjouissons-nous qu’elles aient été invitées à participer. Parce que du coup, elles ont tout bien écouté quand les hommes ont parlé. 

Le chiffre de la semaine ... 10%. C’est le nombre de père en dépression prénatale. Soit, vous l’aurez compris, à l’approche de la naissance… D’après une étude menée par la Haute école de Santé de Genève… Des bouleversements psychologiques et physiologiques provoqués par la grossesse toucheraient aussi les futurs papas… La couvade, par exemple… 65% d’entre eux connaîtrait, à mesure que le ventre de la mère grossit, ce petit épaississement abdominale, cette petite ceinture adipeuse qui ne devrait rien à la bière, mais tout au bébé… Entendez que les pères angoissent, stressent, fatiguent eux aussi. Sauf qu’eux n’ont pas le droit ou n’osent pas se plaindre. Mais si, plaignez-vous, allez-y ! Vous et nous, dans le même bateau, les mêmes affres, les mêmes angoisses, c’est ça la coparentalité au XXIème siècle, non mais. D’ailleurs, qui à être partageurs… L’épisiotomie, vous ne voudriez pas nous la prendre, par hasard ? 

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.