Dans 4 jours, 150 millions d’électeurs Brésiliens sont appelés aux urnes pour le 1er tour de la présidentielle. Et ce qui était impensable il y a quelques semaines devient possible : la victoire de l’extrême droite.Avec, et c’est là le fait nouveau, le soutien des milieux économiques. C'est le "monde à l'envers".

Une manifestation de soutien au candidat de l'extrême droite dimanche dernier à Sao Paulo
Une manifestation de soutien au candidat de l'extrême droite dimanche dernier à Sao Paulo © AFP / Miguel SCHINCARIOL / AFP

Savez-vous ce qu’est l’Ibovespa ? Et bien l’Ibovespa, c’est le Dow Jones ou le CAC 40 brésilien : le grand indice boursier de Sao Paulo, la capitale économique du pays.

Au cours du mois écoulé, l’Ibovespa a grimpé de 13% ! Et hier en une journée, il a pris près de 4%. A l’instant même encore : + 3%. La séance boursière est encore en cours là-bas.

La monnaie brésilienne, le real, remonte face au dollar.

Et les actions de plusieurs grandes entreprises sont aussi en forte hausse : plus 8% pour la compagnie pétrolière Petrobras, plus 11% pour la compagnie d’électricité Electrobras, plus 7% pour les grandes banques, etc.

Vous avez compris : les marchés financiers brésiliens sont optimistes, la presse de Sao Paulo dit même qu’ils sont euphoriques.

Nous sommes à 4 jours du scrutin présidentiel le plus incertain de ces dernières décennies dans cet immense pays de 8 millions de km2, 1ère économie d’Amérique Latine. Et d’habitude, les milieux économiques détestent l’incertitude.

Mais là, c’est très simple : ils ont choisi leur camp. Ils espèrent la victoire de l’extrême droite.

Pourquoi le cours de la Bourse de Sao Paulo a-t-il particulièrement bondi hier ?

Parce que dans le dernier sondage de l’institut Datafolha, Jair Bolsonaro, candidat de l’extrême droite, caracole en tête avec 32%, devant le candidat de la gauche Fernando Haddad, 21% (Haddad, c’est l’homme adoubé par Lula, toujours derrière les barreaux). Et Bolsonaro l’emporterait d’une courte tête au 2nd tour.

Depuis 3 semaines, depuis qu’il a été victime d’un attentat au poignard, Bolsonaro progresse non-stop. Et plus il monte, plus la Bourse monte aussi.

Misogyne, homophobe et raciste

Donc pour les milieux économiques, l’extrémisme de Bolsonaro est sans importance

Et pour mesurer la portée de ce choix, il faut rappeler qui est Bolsonaro. Ce n’est pas un candidat qu’on pourrait qualifier pudiquement de « droite radicale », c’est un authentique dirigeant d’extrême droite. C’est d’abord un ancien capitaine de l’armée, qui se fait appeler par ses partisans « Mito », « le mythe ». Modeste le monsieur.

Et son colistier (pour la vice-présidence) est un général, Hamilton Mourao.

Les deux sont des nostalgiques de la dictature militaire qui a dirigé le Brésil, avec torture et gâchette facile, pendant 20 ans de 1964 à 1985. 

Bolsonaro est… misogyne, raciste, homophobe, partisan de la légitime défense, opposant à l’avortement, etc. Voici une petite sélection de ses formules favorites :

-         « Les homosexuels sont le produit des drogues » ;

-         « Il faut tuer les délinquants » ;

-         « Certaines femmes ne méritent pas qu’on les viole ».

Dans ce pays marqué à la fois par les inégalités, la corruption et l’insécurité, Bolsonaro promet un gouvernement composé pour moitié de militaires.

Et il faut donc s’attendre, s’il l’emporte lors du 2nd tour prévu le 28 octobre, à un recul majeur des droits et des libertés publiques. C’est donc ce choix que font, en toute connaissance de cause, les milieux économiques brésiliens.

Autrement dit, pour eux, les libertés publiques sont secondaires.

Privatisations et liberté bancaire

Ce n’est pas une surprise de voir une partie de l’électorat jeune séduit par Bolsonaro : il n’y a pas de mémoire de la dictature. Pas davantage une surprise de voir les grands propriétaires terriens derrière lui : il fait partie de leur lobby. Pas une surprise non plus que l’électorat des églises évangéliques le soutienne : son slogan est « Dieu au-dessus de tout ».

Non, le fait nouveau, c’est bien la bascule des milieux économiques et financiers. 

Ils sont traditionnellement acquis à la droite, mais là ils font le choix de l’extrême droite, c’est très différent. Ils font le pari que Bolsonaro appliquera une politique de privatisation des grandes entreprises, de limitation des retraites par répartition, et de liberté bancaire. 

C’est d’ailleurs ce que préconise son principal conseiller économique, Paulo Guedes, un ultralibéral.

Et c’est tout ce qui importe pour la Bourse de Sao Paulo. C’est une caricature : seuls les intérêts financiers comptent, au diable les libertés.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.