Tout le monde en Europe a les yeux braqués sur le budget de l’Italie, qui semble inacceptable pour l'Europe. Mais cette semaine, beaucoup plus discrètement, a été rendu public le budget du petit Portugal. Et le Portugal est en train de réussir économiquement contre l’orthodoxie de Bruxelles. C'est "le monde à l'envers"

Le ministre portugais des Finances Mario Centeno lors de la présentation du budget cette semaine
Le ministre portugais des Finances Mario Centeno lors de la présentation du budget cette semaine © AFP / Patricia de Melo Moreira AFP

Ni vu ni connu, le Portugal est en train de devenir le bon élève de la zone Euro !

Dans son projet de budget 2019, dévoilé il y a 48 heures, le gouvernement portugais prévoit de ramener son déficit à 0,2% du produit intérieur brut : un record depuis, tenez-vous bien, 40 ans !

Le tout avec une prévision de croissance maintenue au-dessus de 2%. De quoi faire rêver la plupart des pays européens. Et ce phénomène est saisissant, pour plusieurs raisons.

D’abord, c’est un retournement de situation : regardons d’où vient ce pays de 10 millions d’habitants.

Flash-back : de 2011 à 2016, le Portugal était au fond du trou ! Souvenez-vous, en 2011, tout le monde annonçait déjà qu’après la Grèce, c’était le prochain sur la liste. Le pays était au bord du défaut de paiement, soumis à une énorme cure d’austérité et à 3 années de récession. Le tout avec un chômage à 17% !

En très peu de temps, tout s’est inversé. Le chômage est redescendu à 7%. Prévision pour l’an prochain : 6,3.

La croissance est stable, les exportations sont reparties. L’automobile, l’immobilier, le textile, le tourisme portent l’économie. Les investissements étrangers sont à la hausse.

Le seul point noir reste l’endettement (le 3ème le plus élevé de la zone euro) mais la situation s’améliore : 130% du PIB il y a 4 ans, 118 prévus l’an prochain. Du coup, les agences de notation ont sorti le Portugal de la catégorie « pays spéculatif ». Vendredi dernier, Moody’s l’a même classé en « perspective stable ».

C’est un redressement spectaculaire. Et les bonnes nouvelles économiques sont trop rares en Europe pour passer à côté.

Une politique de gauche de relance par la consommation

Alors que fait donc le gouvernement portugais pour arriver à pareil résultat ? C’est là où ça devient encore plus fascinant : depuis trois ans, le Portugal fait tout ce que Bruxelles déteste.

Depuis 2015, le pays est dirigé par une coalition de gauche : gouvernement socialiste soutenu par les communistes, les écologistes et le « front de gauche » local. Et non content de se dire de gauche, il mène une politique de gauche, ce qui est devenu une « anomalie » en Europe.

Vous voulez des exemples ?  En veux-tu en voilà !

Dans son budget de l’an prochain, le Portugal prévoit d’augmenter de 3% les salaires de la fonction publique, de créer 5 nouveaux hôpitaux et de multiples centres de santé et d’améliorer la protection sociale pour les familles.

En l’espace de trois ans, il a déjà :

-          Augmenté le salaire minimum, tous les ans ;

-          Amélioré les petites retraites ;

-          Arrêté les privatisations demandées par Bruxelles ;

-          Et réformé le code du travail pour limiter les CDD.

Il envisage aussi d’accroitre les impôts pour les hauts revenus.

Bref c’est bien une politique de gauche, de relance par la demande et la consommation, aux antipodes de l’austérité préconisée par Bruxelles ces dernières années. Et ça marche !

La discrétion européenne

Evidemment ça ne fait pas l'unanimité.

La droite portugaise ne conteste pas les bons résultats. Mais pour elle, ces succès sont le fruit des années de rigueur qui ont précédé, cette rigueur que la droite avait imposée avant 2015. En résumé, les Socialistes tireraient les marrons du feu. Tout en conservant une politique de droite sur un aspect clé : la maîtrise des comptes publics.

A l’autre bout de l’échiquier politique, les partenaires communistes du gouvernement et la CGT estiment que ça ne va pas assez loin. Et qu’il faut augmenter davantage encore les petits salaires.

En fait, tout le monde se prépare pour les prochaines élections prévues dans un an au Portugal.

Mais le plus révélateur dans tout ça, c’est la discrétion de l’Europe.

Bruxelles se garde bien de saluer trop ostensiblement les résultats portugais. 

Tout juste dit-on que cette recette n’est pas transposable ailleurs dans l’Union parce que le coût du travail reste très bas au Portugal, et parce que le pays demeure une terre d’émigration.

Cette discrétion bruxelloise est surtout révélatrice d’une forme d’embarras : le fait est que le petit Poucet portugais réussit en faisant à peu près l’inverse de ce que demande la commission européenne.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.