Les coches, les voitures et plus largement tout moyen de transport. Bon. On se dit, voilà un sujet pragmatique. On va causer TGV et Peugeot 3 litres au cent du XVI ième siècle. Très bien.

Sauf que c’est Michel le patron, et que Michel pratique l’art de la digression. 

Donc au lieu des coches, on apprend d’abord pourquoi on dit « A tes souhaits » (God bless you) à quelqu’un qui éternue. 

Alors qu’on ne dit pas « A tes souhaits à quelqu’un qui pète. Hein? Alors pourquoi? 

Parce que le vent qui vient du bas, oui je parle du pet, est sale. Parce que celui qui vient de la bouche, traine avec lui le soupçon d’avidité. 

Et donc celui qui vient de la tête, l’éternuement, à rebours, on l’accueille avec les honneurs. 

Et ça c’est Aristote qui le dit. 

Puisqu’on est chez les philosophes grecs, on glisse vers Socrate. Dont j’apprends par la grâce de cheval échappé qu’est l’esprit de Michel de Montaigne, que Socrate le philosophe par excellence n’était pas qu’un pur esprit, Socrate, qu’il était un soldat. Un soldat qui a combattu bravement. 

(Alors que si ça se trouve il avait le même physique de lâche que Guillaume, qui lui en plus a un léger problème de strabisme comme Sartre). Bref. 

Le cheval échappé (rien de plus beau que le galop d’un cheval échappé, peu de spectacle aussi EN-nivrant que cette grosse bête qui se libère des hommes) 

le cheval échappé poursuit, Michel nous ramène aux sauvages du Nouveau Monde  

(voilà pourquoi l’Education Nationale a couplé ces deux chapitres), 

Notre monde vient d’en découvrir un autre

et là carrément, c’est un véritable traité contre la colonisation. 

Que la très Sainte Eglise Catholique avait autorisé avec une mission très claire, et je cite le Traité de Tordesillas (1494) : 

Que les nations barbares soient subjuguées et réduites à la fois.  

« Subjuguées ET réduites ». Aaaaccrrrr. Ça c’est la notion de Consentement qui vient de faire un AVC. 

Ce qui est troublant c’est la capacité d’empathie. Michel voit les envahisseurs du point de vue du peuple nu :

Voir arriver inopinément des gens barbus, ayant un autre langage, une autre religion … 

montés sur de grands monstres inconnus, alors qu’ils n’avaient eux mêmes, non seulement jamais vu de cheval, mais même de bêtes quelconque dressée à porter un homme … des gens ayant une peau luisante et dure, et une arme tranchante et resplendissante ». 

Pourquoi les mêmes gens qui mettaient Montaigne plus haut que tout en 1830 colonisaient l’Algérie ?  

Je ne sais pas, je voudrais que Michel m’explique, allez je trouverai la réponse quelque part dans ses Essais. 

Merci Bisous Merci

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.