3ième partie de la dernière enquête de l’inspecteur Arnaud, nom de code : « Qui a cambriolé pépouze la pièce Lucrèce Borgia? ».

Après Georges Lucas et Edmond de Rostand, les scénaristes de Qui veut la peau de Roger Rabbit? quand ils font dire à l’incendiaire et rousse Jessica Rabbit sa fameuse réplique : « Je suis pas mauvaise, on m’a juste dessinée comme ça ». En 1833, Victor Hugo fait dire à sa Lucrèce : « Je n’étais pas née pour faire le mal ». Bravo Inspecteur Arnaud! Vous êtes nommée Commissaire au commissariat des Mamines.

Je n’étais pas née pour faire le mal. 

Ce qui sous-entend deux choses : le monstre n’est pas arrivé tel que sur terre, et puis « Oui, j’ai fait le mal. Je l’ai fait beaucoup, je l’ai pratiqué dans les grandes largeurs et même dans les petites, et si ça se trouve, avec le vent dans le dos, je vais persévérer vénère ».

Pour dessiner son monstre qui fera pleurer, Hugo part du principe que « les fables du peuple font la vérité du poète », et fort de ce principe, il va y aller à la truelle. 

Parce que la vraie Lucrèce Borgia c’est la fille préférée de son père, le pape Alexandre VI, elle est mariée avec différents hommes, très jeune, pour servir les intérêts politiques de son entourage. Très belle, très intelligente et très cultivée, elle éveillera la convoitise et la jalousie mais aussi l’admiration. Elle aura une influence certaine dans l’art. Elle mourra en couches à trente-neuf ans après avoir mis au monde sept enfants. 

Ah oui … la truelle, donc, pour arriver à la Lucrèce perverse, manipulatrice, empoisonneuse et collectionneuse d’amants. Que nous avons laissée hier, humiliée, insultée, bousculée par la bande de potes de Gennaro dans une scène atroce de violence de groupe.

Et Lucrèce en terme de vengeance, de « Parle moi mal, je vais te désorbiter les yeux à la petite cuillère en chantant des cantiques », elle est bilingue.

Alors elle va organiser une fête, pas en son nom bien sûr, au nom d’une autre princesse, une orgie on appelle ça à l’époque (oui oui à la notre aussi) 7 convives masculins, 7 jeunes femmes « jolies et très galamment parées », et du vin. De Xérès, de Syracuse. 

Et les garçons ont laissé leurs épées dans l’antichambre, bah oui, c’est plus galant. Ce sont d’autres épées qui vont être dégainées. Bah oui.

Et puis, tout le monde commence à être saoul. Et puis par la fenêtre, ils entendent une procession de moines qui chantent la prière des morts. 

Tiens? A minuit passé, c’est bizarre. 

Tiens, les voix se rapprochent. Tiens, le vin de Xérès et de Syracuse non seulement il me fait mal à la tête mais mes jambes elles tiennent plus trop trop droit, et mon épée, celle en fer ou l’autre, j’en sais plus quoi en faire. Lucrèce l’empoisonneuse apparait : 

Vous m’avez donné un bal à Venise, je vous donne un souper à Ferrare

Sauf que dans les 7 convives, il y a Gennaro. Sauf que Lucrèce a un contre-poison. Sauf que Gennaro le coeur pur peut-il accepter le contre-poison quand il n’y en assez que pour lui? 

Je sais pas… Lisez pour voir … 

Merci Bisous Merci

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.