Le chef d'oeuvre de Maupassant décrypté par Juliette

C’est important la différence entre article défini et indéfini. On l’a bien compris des derniers jours, doit-on dire La violence policière ou Des violences policières? Article défini « la » ou indéfini « des »? Ce premier roman qu’écrit Maupassant commence par un article indéfini. « Une » vie.

« La » vie, ç’aurait été super prétentieux. Or Maupassant n’est pas Eric Zemmour. (le suicide français, le bûcher des vaniteux) Pourtant dans le même temps, Maupassant, à certains égards, est un de ces mecs qu’on appelle à notre époque un mâle alpha, un mâle dominant. Et d’ailleurs il vit comme un mâle de notre siècle, quand il n’écrit pas, c’est un homme qui ne peut pas ne pas vivre physiquement, il est beau garçon, il est costaud comme un homme du peuple, c’est un faune, un taureau échappé. 

Il est en compétition permanente avec lui -même, il nage dans sa froide mer normande, il fait de la barque, mais également, il met en scène ses prouesses sexuelles dans tous les bordels parisiens, il s’en vante, 19 coups en deux jours. 

Addiction au sexe. Et pourtant pour ce premier roman, il n’a que 33 ans, c’est jeune pour écrire une vie toute entière mais dix ans plus tard il sera mort - mieux fait s’y mettre- 

« Une vie », il ne choisit pas comme sujet un mâle dominant, pas de The Last Dance ou le récit de la gracieuse vie de Jeffrey Epstein, il choisit la vie d’une femme. 

Elle s’appelle Mademoiselle Le Perthuis des Vauds, mais Maupassant avec infiniment de douceur ne l’appelle que Jeanne. Même si sa famille est aristocrate, sa famille commence à avoir moins d’argent, ils sont nases avec l’argent, qui ne leur tient pas dans les mains, 

Cette facilité de donner était du reste un des grands bonheurs de leur vie 

Jeanne vient de sortir du Couvent, elle part avec sa famille, son père, sa mère, sa soeur de lait et bonne Rosalie, vivre enfin! aux Peuples un vieux manoir en Normandie, pas loin de Dieppe, et de sa chambre, elle voit au loin la mer.  

Son père quoique baron est rousseauiste, il aime avant tout chose la nature, la mer, les animaux, ils vont tous deux « bavardant comme deux enfants, le front au vent et les yeux brillants ». 

Il lui semblait que trois seules choses étaient vraiment belles dans la création : la lumière, l’espace et l’eau. 

Oh Jeanne comme tu as de la chance… tes parents t’aiment, ils s’aiment, tu vis à la campagne pas loin de la mer, tu ne manques de rien, tu n’es que vie sensorielle puisqu’au Couvent on ne t’a délivré absolument aucune vie intellectuelle, et quand tu vois se lever l’aube par ta fenêtre … je cite Maupassant : « Et elle se mit à rêver d’amour ».

Un vague frisson de sensualité lui courut des pieds à la tête comme si l’haleine du Printemps lui eut donné un baiser d’amour 

Oh Jeanne … comme tu es jeune … Et Maupassant ce grand garçon brutal parfois, jouisseur et peu innocent, de poser un main légère sur l’épaule de son personnage, il ne la juge pas, il la comprend, il met des majuscules à toutes les lettres du mot Amour, comme si c’était le journal intime de Jeanne, jeune femme mais gros bébé. 

Et voilà qu’apparait un jeune homme bien né avec une jolie figure, et … 

demain … 

Merci Bisous Merci

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.