L’incipit, les premiers mots d’un roman, c’est la base. J’ai bien insisté là-dessus pendant toute l’année, alors interrogation surprise flash éclair, un quart de feuille suffira.

Quel roman a pour incipit : 

  • « Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple »? (les Confessions/ Rousseau) 
  • « C’était à Mégara, dans les faubourgs de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar? » (Salammbô/ Flaubert) , 
  • « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide »? (Aurélien/ Aragon), 
  • « Un beau matin, Oui-Oui - le petit pantin au bonnet bleu- finissait de boire son café au lait lorsqu’il entendit sonner un timbre de bicyclette? ».

Eh bien bravo à tous, mais leçon supplémentaire : commencer c’est bien, finir c’est mieux. (vaut également pour les relations amoureuses, merci bien). Et là Maupassant avec Une vie réussit un tour de maitre. La fin de son roman est une merveille littéraire. Lui, ce grand pessimiste, lui qui n’a pas encore écrit Le Horla à l’encre de son désespoir, sauve Jeanne.

Mais reprenons là où nous en étions arrivés hier. Jeanne a bien bien compris qu’elle était mal mariée, et Jeanne est enceinte. De l’affreux Julien. Voilà le petit Paul, surnommé Poulet.

Inondée d’une joie irrésistible, elle comprit qu’elle était sauvée, garantie contre tout désespoir, qu’elle tenait là de quoi aimer à ne savoir plus faire autre chose

Elle va être bien à son aise pour aimer à ne plus savoir faire autre chose, Jeanne, parce que l’affreux Julien meurt. Prématurément donc, et d’une mort affreuse. Et par la main d’un mari qu’il cocufiait, dans des conditions horrifiques. Comme quoi en littérature, parfois, il y a une justice. Façon Ancien Testament. Ma justice préférée. Sodome et Gomorrhe « Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens ». Si, bien sûr, Dieu a jugé utile de mettre ses lunettes.

J’aimerais vous dire que Poulet va rattraper les fautes lourdes de son géniteur. J’aimerais. J’aimerais vois dire que ce petit garçon trop gâté par Jeanne et son père devient un homme fiable. Mais on n’est pas  chez la Comtesse de Ségur. Et Jeanne, qui croyait qu’elle était « garantie contre tout désespoir », va à nouveau avaler de la douleur. Maupassant note cette phrase :

On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts

Maupassant découd toutes les illusions de Jeanne, sans cruauté, mais quand même, et comme on l’a prise en amitié cette Jeanne, on perd son souffle. 

Et puis, quand elle est seule, son père mort, Poulet barré après l’avoir ruinée à force de dettes, qui c’est qui revient s’occuper d’elle? Rosalie, sa soeur de lait, sa petite bonne. Une femme. Et qui va à Paris chercher le bébé de Poulet dont il ne veut pas s’occuper ? Rosalie! Une femme. 

Et ce bébé que pose Rosalie sur les genoux de Jeanne et qui donne à Jeanne une sensation oubliée de chaleur, de sensualité, de joie de vivre, de vivre encore, vivere ancora!, c’est … une fille. 

Peut-être que ce voulait nous dire Maupassant, c’est que la réponse à un homme c’est une femme. 

Peut-être. 

Merci Bisous Merci

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.