Il y a des questions dont on devrait se passer type « Quel est votre film préféré? » - parce que c’est vague, parce qu’on s’en fout, parce que toujours la compet’, c’est pénible - et puis il y a la question de Laurent Delmas, notre collègue à France Inter, qui lui dit : « Dans quel film voudriez vous vivre ? "

Ainsi Alex répondrait : Le Lauréat (et les jambes de Mrs Robinson). Charline : Tout qu’il me reste de la révolution. et Guillaume : C’est une question maligne parce qu’elle pousse l’interrogé dans un cadre personnel/intime et qu’elle induit l’idée du lieu, d’un paysage, d’un voyage. Et ce gros beau livre trapu est farci de cette idée : c’est un guide pour le pays des films. Et qui dit guide, dit carte. Et alors, là attention, c’est pas du tout un gadget cette carte. Ou alors si c’est un gadget, c’est aussi excitant et utile que la semaine où dans Pif Gadget, justement, il y a eu Le coutelas d’Ivoire de Rahan. (que t’avais apporté à l’école pour frimer à la récré alors que ta mère te l’avait interdit et que tu t’es fait gaulé et que t’as copié 500 fois Je n’apporterai plus d’armes à l’école) (ceux qui savent, savent) (Rahan, tu me manques). 

Le cinéma existe depuis 124 ans, alors tous ces films c’est stratosphérique, c’est la forêt amazonienne avant Bolsonaro, c’est l’agenda d’Alexandre Benalla, « Tu nous la copieras ta ballade, Popeye », il nous faut un guide. De la même manière qu’à la fin de la journée et que tu n’as pas eu plus le courage de faire des abdos que de suivre l’actualité, tu regardes VU et en quelques minutes, c’est bon. T’as toujours pas fait d’abdos, mais tu es renseigné sur l’état du monde. 

C’est déjà pas facile l’exercice de la cartographie, mais imaginez : là le paysage en 3D n’existe pas, et en plus, il est évolutif, alors tout est à créer, et David Honorat l’a inventée, dessinée, et vas-y les fleuves, comme celui de l’amour, des montagnes, comme le Massif du Fait Réel, des iles, comme l’archipel des Teens, des forêts comme celle de l’Hallu, et Guillaume, qui ne voit pas l’utilité de la fiction pourra crapahuter, pépouse, dans les Terres Documentaires. Vous l’avez compris : Oui, David Honorat a choisi comme angle de cartographe la thématique des films. Peu importe l’époque de faisage, la nationalité du réal/de la réal. 

Autre travail d’éditorialisation : 124 ans, impossible de mettre tous les films, il faut choisir, il y en a 500, presque mille heures de visionnage si vous suivez tous les itinéraires. On ne panique pas, et d’ailleurs l’auteur a prévu le coup : de la même manière qu’on ne commence pas la marche à pied avec le GR 20 de Corse/ 11000 mètres de dénivellé/avec possibilité de sangliers espiègles planqués dans les buissons, on travaille son sens de la modestie et comme au ski, on va de la piste bleue à la piste noire, on débute avec Jurrasic Park ou Certains l’aiment chaud et quand on s’est chopé des mollets de grimpeur, on attaque Tarkovski et Werner Herzog. 50 itinéraires de spectateurs débutants à spectateurs avisés qui te promènent à travers une thématique commune. 

Ainsi Clara qui aime à chanter empruntera l’itinéraire 13 celui intitulé Ages d’or du Musical, De My Fair Lady à NY NY. Et Pablo le numéro 26, nommé Satires de Partout, qui rallie Jeux Dangereux de Lubitsch 1942 à South Park le film. Quant à moi, qui aime à chialer je me prévois 19H06 sur le 33, Larmes Fatales, du Voleur de Bicyclette à Tout sur ma mère. Mais la vraie question c’est « Et vous? mon enfant, ma soeur, quelle invitation au voyage vous lancerez vous? » Merci Bisous Merci

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.