Le grand classique de Racine décrypté par Juliette Arnaud

Si Thésée n’est pas mort, Thésée ne rentre pas d’un week-end foot. 

Il revient littéralement des Enfers (où il avait entrepris d’enlever Proserpine la femme du dieu des Enfers pour obliger un ami, certes, mais quand même, je crois que je préfère encore le coup du weekend foot). Il est donc un poil harassé, mais , arrivé à Trézène, il observe, oh la fine mouche!, oui, j’ironise à dessein, non je n’aime pas Thésée, que « tout fuit, tout se refuse à ses embrassements ».

Et Oenone, pas parce qu’elle est un monstre, parce que -quoiqu’il- elle protège Phèdre, ment à Thésée et charge Hippolyte. Son épée à la main, elle convainc -sans peine- Thésée que son fils a essayé de violenter sa femme.

Drama. Thésée convoque Hippolyte et Hippolyte, qui, lui, sait épeler le mot honneur, dit que ce n’est pas vrai mais refuse de dénoncer Phèdre. 

Là, Thésée a un choix : croire Oenone ou croire son fiston. Il ne barguigne pas deux secondes, n’écoute pas Hippolyte, semble même oublier instantanément qui est son fils. 

En même temps, le connait-il ? S’il s’est occupé de lui, comme il s’est occupé de sa femme, avec une mauvaise lumière, il devrait être capable de le confondre avec un tabouret trois pieds.

Il préfère donc prendre une colère monumentale, et comme c’est Thésée, le héros, le chéri des dieux, il convoque Neptune pour qu’il lave son honneur. 

Venge un malheureux père  
J’abandonne ce traître à toute ta colère  
Étouffe dans son sang ses désirs effrontés  
Thésée à tes fureurs connaîtra tes bontés

La vraie question c’est comment méconnaître à ce point son fils? Hippolyte, qui est la pureté incarnée, qui au contraire de son père a toujours veillé à se méfier de la déesse Vénus et ses feux redoutables, qui n’aime que ses chevaux (oui sa mère était la Reine des Amazones, d’où le prénom) … Pour preuve : 

THERAMENE  : Aimeriez−vous, Seigneur ? 

HIPPOLYTE : 

Ami, qu'oses−tu dire ?  
Toi qui connais mon coeur depuis que je respire,  
Des sentiments d'un coeur si fier, si dédaigneux,  
Peux−tu me demander le désaveu honteux ?  
C'est peu qu'avec son lait une mère amazone  
M'a fait sucer encore cet orgueil qui t'étonne.  
Dans un âge plus mûr moi−même parvenu,  
Je me suis applaudi quand je me suis connu.

Voilà, ça c’est Hippolyte… Et son père ne le croit pas. Et le dieu Neptune ne le loupe pas. Il fait jaillir un monstre terrible des flots, que combat vaillamment Hippolyte, vaillamment mais vainement, Hippolyte meurt traîné par ses chevaux chéris…

Non, je n’aime pas Thésée. 

A demain, pour le dernier acte, 

Merci Bisous Merci

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.