Retour sur le traitement par la presse de l’élection américaine. Premier constat : on n’a jamais autant écrit sur le sujet en France !

Trois réflexions sur l’élection américaine dans la presse
Trois réflexions sur l’élection américaine dans la presse © Radio France / Cyril Petit

Du 1er août au 30 octobre, 1 article sur 50 de la presse française a traité de l’élection américaine, selon les chiffres de Tagaday. C’est trois fois plus que pour le précédent scrutin en 2016 et 7 fois plus qu’en 2012 quand Obama a été réélu. La semaine dernière, on est monté à 1 article sur 20. Et ce week-end, Sonia, c’est 1 contenu sur 16 de la presse française qui était consacré à l’élection. Soit 3.200 articles samedi et dimanche. Du jamais vu ! 

L’élection de Biden a même donné lieu à un article très rare : le flash de l’AFP

Il était 17h26 et 35 secondes samedi quand l’Agence France Presse a envoyé cette dépêche de 7 mots : “Biden élu président des Etats-Unis (médias)”. Son nom : un flash, le niveau le plus important des dépêches, “réservé à des nouvelles de très grande envergure". Il y en a un ou deux par an au max. Parmi les plus récents : la mort de Chirac ou la sortie des Etats-Unis de l’accord climat. Il y a 50 ans tout pile, le 10 novembre 1970 à 9h41, l’AFP publiait le flash suivant en 3 mots et un savoureux passé simple : “De Gaulle décéda.” L’officialisation de la mort du général, la veille. 

Revenons à l’élection américaine. Officialisation du résultat samedi à 17h24, heure française, ça laissait tout le temps à nos journaux du lendemain pour installer Joe Biden à leur Une... 

Encore fallait-il avoir une édition du dimanche… Comme en a la presse régionale, Aujourd’hui en France et évidemment mon journal – Le Journal du dimanche ! Tous les autres quotidiens n’ont rien pu imprimer pendant le week-end. Leurs éditions sont restées en suspens. Libération, par exemple, a publié vendredi matin une photo de Joe Biden avec la mention “Mister Prés…” Puis rebelote samedi avec le titre "Mister Présid...". Le quotidien n'a pas pu terminer sa série ni officialiser le résultat le lendemain... Le Monde, qui boucle dans la matinée, est souvent le premier à imprimer des infos américaines datées de la nuit précédente. Mais faute d’édition dimanche, le numéro encore en vente hier dans les kiosques titrait : "Biden : ‘nous allons gagner cette élection’". 

Au JDD, vous avez veillé tard samedi soir, vous avez attendu le discours de Joe Biden…

Nous voulions imprimer ses premières photos de lui en tant que futur président. Il est apparu à 2h40, heure française ; nous avons bouclé le journal à 2h50. C’était moins une mais une partie de nos lecteurs a eu droit à cette image historique de lui avec Kamala Harris. C’est le bouclage le plus tardif du JDD depuis l’arrestation de DSK en 2011.

Quant à la presse américaine, elle a terminé en majesté cette folle semaine d’élection. Entre soulagement et apothéose. 

Le New York Times a utilisé toute la largeur de sa une, fait rare, pour titrer en lettres capitales “BIDEN BEATS TRUMP (Biden a battu Trump)”. Au Washington Post, une douzaine de versions différentes ont été réalisées pour aboutir à la "une" historique de dimanche

Et puis des fausses unes ont encore circulé...

L’une a beaucoup tourné et a été signalée par Facebook. Elle représente Trump débraillé avec ce titre “You’re fired (Tu es viré!)”. Attribué au très trumpiste New York Post, c’est un vulgaire fake. Le journal s’est contenté d’un factuel “It’s Joe Time”. On attend avec impatience la couv du magazine de référence, le Time, dont un pastiche continue d’être largement relayé sur les réseaux sociaux. Elle montre Trump prenant la porte avec ce titre : “Time to go !” Elle est fausse... même si c’est vrai. 

Contact